RMC Sport

Contador : « Une étape où on peut tout perdre »

Aux côtés de Peter Van Petegem, l'Espagnol a reconnu les zones pavés du prochain Tour de France

Aux côtés de Peter Van Petegem, l'Espagnol a reconnu les zones pavés du prochain Tour de France - -

La star espagnole d’Astana était mardi à Hollain, en reconnaissance sur l’étape pavée du prochain Tour de France.

La nouvelle est longtemps restée secrète. Pour ne pas attirer les badauds et offrir des circonstances idéales d’entraînement à Alberto Contador. Double vainqueur du Tour de France (2007 et 2009), l’Espagnol reconnaissait hier l’étape pavée de la Grande Boucle (3e étape reliant Wanze à Arenberg). Accompagné de ses coéquipiers d’Astana, Oscar Pereiro, Benjamin Noval et Andrey Grivko, Contador en a profité pour poser pour les photographes et répondre aux questions de la presse. Tout cela au début du secteur pavé d’Hollain, le deuxième traversé par le peloton au mois de juillet. Quant à la suite de la reconnaissance, elle s’est effectuée à l’abri des regards indiscrets.

« C’était fondamental de venir ici pour reconnaître les pavés et tester le matériel, a expliqué le Madrilène. C’était une bonne reconnaissance. Je suis content de cette sortie. J’ai ressenti de très bonnes sensations. D’autant que j’étais un peu fatigué après Liège. » Et si Alberto Contador évoque le matériel, c’est tout simplement parce que Specialized lui a mis à disposition un vélo spécial, comme le fait habituellement la marque de cycle pour Fabian Cancellara, double vainqueur de Paris-Roubaix. Une préparation optimale, même si l’intéressé refuse de se focaliser sur cette journée. « Je n’ai pas peur. J’ai du respect pour cette étape, mais je ne suis pas obsédé. »

Conseillé par van Petegem

Pour préparer l’évènement, le coureur a par ailleurs bénéficié des conseils avisés de Peter Van Petegem, vainqueur sur Roubaix en 2003, et propriétaire de l’hôtel Le Pavé, là où l’équipe Astana est descendue. « C’est un gros avantage d’être avec un tel champion, se félicite-t-il. Il m’a beaucoup conseillé sur le matériel et la façon de rouler sur les pavés. J’ai sans doute plus appris en deux jours sur les pavés que toute ma vie. Ses conseils seront très importants. » D’autant que comme l’aime à le rappeler l’Espagnol : « C’est une étape où on peut perdre le Tour. Mais c’est la même chose dans toutes les grandes étapes. »

P.Ta. avec J.B.