RMC Sport

D'autres contrôles positifs pour Contador ?

-

- - -

La presse espagnole affirme que l’Espagnol aurait été contrôlé positif à quatre reprises sur le dernier Tour de France. Il s'agirait plutôt des résidus d'une seule et même dose de Clenbuterol.

La Vanguardia et Marca affirmaient ce mardi qu’Alberto Contador aurait été contrôlé positif au Clenbuterol à quatre reprises sur le Tour de France. En plus de la journée de repos à Pau le 21 juillet durant laquelle 50 picogrammes de cette substance ont été décelés, le toujours triple vainqueur du Tour de France aurait été contrôlé respectivement les 22 (16 picos), 24 (7 picos) et le 25 juillet (17 picos).
Cependant compte tenu de la proximité des tests, l’hypothèse de résidus du premier test est à envisager sérieusement. C’est d’ailleurs la ligne de conduite du coureur et de son entourage. « C’est une information que l’on connait depuis le début, a balayé Jacinto Vidarte, le porte-parole du Madrilène. Alberto a eu un contrôle positif et on a trouvé des traces d’élimination naturelle. Toutes les consultations qu’on a eues avec l’UCI parlent d’une réaction normale d’élimination d’une seule dose de Clenbuterol. On ne peut pas parler de quatre contrôles positifs. »

Le règlement de l'UCI donne raison à Contador

Contador peut également avancer le règlement antidopage de l’UCI. L’article 309 prévoit effectivement qu’ « une deuxième violation n’est établie que si le licencié a commis une seconde violation après avoir reçu une notification de sa première faute (…). Si l’UCI ou la Fédération en question ne peuvent l’établir, les violations doivent être considérées comme une seule et même violation. La sanction ne sera basée que sur la première violation. Mais la multiplication des violations pourrait être un facteur déterminant dans d’éventuelles circonstances aggravantes. »
Contador peut donc pleinement se consacrer à la défense de son cas devant la fédération espagnole qui doit rendre sa décision dans les prochains jours. L’Espagnol espère encore inverser la proposition du comité des compétitions qui avait suggéré un an de suspension.