RMC Sport

Fourneyron : « Pas assez de volonté de la part de l’UCI »

Valérie Fourneyron

Valérie Fourneyron - -

La ministre des Sports Valérie Fourneyron est restée sur sa faim après l’interview de Lance Armstrong. Tout comme elle attend plus de l’UCI dans le grand ménage attendu autour de l’affaire.

Madame la ministre, qu’avez-vous pensé de la prestation de Lance Armstrong ?

La mise en scène est parfaitement huilée. On a eu des aveux a minima, les yeux dans les yeux, sous la même forme de ce qu’il nous offrait depuis plus de dix ans. Il n’a rien dévoilé d’un système professionnalisé. Une manipulation pour limiter les sanctions financières ou pénales dont il fait l’objet. L’ensemble des acteurs doivent être entendus. Il faut lever l’omerta devant les autorités indépendantes. Il faut mettre à jour le rôle de la fédération internationale, l’UCI. C’est ce que l’AMA réclame et elle a raison. Il faut une prestation sous serment et on en est très loin.

Partagez-vous les doutes de l’AMA sur la volonté de lutter contre le dopage ?

A l’évidence, l’UCI ne montre pas assez de signes de bonne volonté. On aurait pu avoir une véritable commission d’enquête indépendante et non pas celle qui est à la main de l’UCI, dans son calendrier, dans ce qu’elle ne permet pas aux sportifs auditionnés d’être rassurés sur les conséquences de la levée de la loi du silence.

Comment seront organisés les contrôles cet été sur le Tour de France ?

L’UCI doit mettre en place ses contrôles antidopage et l’AFLD peut faire des contrôles complémentaires. On a commencé à travailler en amont pour qu’il y ait une organisation très claire. Il ne faut pas qu’on ait de doutes.

Propos recueillis par Louis Chenaille