RMC Sport

Gautheron : « Longo ? Ça devient pathétique »

Jeannie Longo

Jeannie Longo - -

Invitée de Sportisimon sur RMC, la DTN de la Fédération française de cyclisme (FFC) a fustigé le comportement de Jeannie Longo lors des championnats de France. Et clairement fait savoir qu’elle ne comptait pas sur elle pour les JO.

Isabelle, comment réagissez-vous aux critiques de Jeannie Longo envers la Fédération française de cyclisme, qu’elle accuse de complot ?

On est un peu affligé d’entendre de tels propos. La théorie du complot est quelque chose que les personnes qui n’arrivent pas à trouver de raisons objectives à leurs échecs mettent en avant. La Fédération joue son rôle. Elle a accompagné Jeannie lorsqu’il le fallait. Elle accuse la Fédération d’avoir empêché son mari de l’accompagner aux Etats-Unis, alors que son mari fait l’objet d’un contrôle judiciaire. Et ce n’est pas la Fédération qui lui a retiré son passeport. C’est de l’ordre de la justice. Nous n’étions pas au courant que des contrôles anti-dopage avaient été diligentés contre elle. C’est un bien triste week-end pour Jeannie Longo.

C’est désormais officiel, elle ne participera pas aux Jeux de Londres ?

Il lui restait une chance pour que l’on discute de cette qualification aux JO de Londres, c’était qu’elle remporte les championnats de France. Elle n’avait rempli aucun critère dans les épreuves internationales et les championnats de France qui pouvaient lui permettre de revenir dans les discussions. Aujourd’hui, il n’y aura même pas de discussion sur le cas Longo pour les Jeux de Londres.

Etait-elle devenue ingérable pour la Fédération ?

Est-ce que Jeannie a été gérable à un moment de sa carrière ? Ça pourrait être un sujet de philosophie au bac. Elle a choisi un mode de fonctionnement individuel. Elle n’a jamais souhaité se fondre dans les règles de l’équipe de France. Elle a quand même gagné 4 médailles olympiques, 13 titres de championne du monde, 59 de championne de France, donc il ne faut pas lui retirer cela. Après, je crois qu’il faut aussi savoir mettre fin à sa carrière. Peut-être qu’elle cherche à se battre avec Merlene Ottey (sprinteuse slovène de 52 ans, en course pour disputer ses 8es JO, ndlr) ? Ça devient quand même très pathétique.

Pensez-vous qu’elle va annoncer la fin de sa carrière ?

Je pense qu’elle va essayer de revendiquer une sélection pour les championnats du monde de contre-la-montre (du 15 au 23 septembre à Valkenburg, aux Pays-Bas, ndlr). Cette fin de carrière est quand même pathétique car en 2009, je lui avais proposé de travailler à mes côtés au sein de la Fédération, pour redonner aux jeunes un peu de son expérience. Elle avait trouvé ça intéressant et m’avait dit qu’elle me ferait des propositions. On est en juin 2012 et j’attends toujours.

Les plus jeunes coureuses ne semblent toutefois pas prêtes à accepter de travailler aux côtés de Jeannie Longo…

Les championnats du monde sont une épreuve qu’elle affectionne mais encore faudrait-il qu’on la sélectionne, ce qui est une chose quand même très délicate. Elle n’a rien prouvé sur la saison 2012. Elle s’est isolée toute seule et c’est vrai que les jeunes ne nous donnent pas le sentiment de vouloir travailler avec elle dans le futur. On mettra tout en œuvre pour que le cyclisme dames continue de progresser. Et si ce n’est pas avec Jeannie Longo, ce sera sans elle. Le choix aujourd’hui, c’est place aux jeunes ! Pour moi, Jeannie rate sa sortie.

Le titre de l'encadré ici

Longo sur les nerfs |||

Arrivée à la 12e place de l'épreuve en ligne des championnats de France ce samedi, Jeannie Longo a très certainement dit adieu aux Jeux Olympiques de Londres. Dans le coin de l’arrivée, la coureuse aux 59 titres nationaux, 13 titres de championne du monde et 4 médailles olympiques s’est montrée particulièrement sur les nerfs. « Bah voilà, vous êtes contentes ? C’est fini pour les Jeux Olympiques ! », a-t-elle lancé à quelques-unes de ses adversaires, qui ont rigolé. Jeannie Longo est ensuite partie à sa voiture sans parler à la presse.