RMC Sport

Giro : ces trois Français qui peuvent briller

Arnaud Démare a déjà levé les bras cette saison en Italie, à Milan-San Remo.

Arnaud Démare a déjà levé les bras cette saison en Italie, à Milan-San Remo. - AFP

Ils sont peu nombreux mais ils ne comptent pas faire de la figuration. Douze coureurs français sont présents sur le Giro (6 au 29 mai) cette année. Si les Tricolores ont toujours du mal à s’exporter de l’autre côté des Alpes (six victoires d’étape en dix ans), le Tour d’Italie reste un objectif principal de la saison. Trois d’entre eux se sont même déplacés avec beaucoup d’ambitions.

Arnaud Démare (FDJ) : Le Giro, un nouveau challenge

Arnaud Démare est à la recherche de sa première victoire sur un grand tour. Après deux Tours de France compliqués (aucune victoire, deux podiums d’étape), le Tricolore a jeté son dévolu cette année sur le Giro. Ça tombe bien, Démare a une relation privilégiée avec l’Italie. C’est de l’autre côté des Alpes que le sprinteur français a remporté la plus belle victoire de sa carrière lors du dernier Milan-San Remo. Sur le Giro, son principal objectif, il va essayer de rééditer l’exploit de son ennemi de toujours, Nacer Bouhanni. Son ancien coéquipier avait brillé sur les routes italiennes en remportant trois victoires d’étape en 2014, avec en prime le maillot rouge de meilleur sprinteur. Cette année, le plateau est relevé avec la présence de Marcel Kittel (huit étapes du Tour de France) ou d’André Greipel (dix étapes du Tour). Mais l’ambition reste la même.

Jean-Christophe Péraud (AG2R La Mondiale) : Un dernier tour et puis s’en va ?

« Si je monte sur le podium au Giro, je repars sur une année 2017. » Jean Christophe Péraud joue son avenir sur les routes italiennes. A 38 ans, le vétéran tricolore veut être le premier à succéder à John Gadret, dernier Français à être monté sur le podium final du Tour d’Italie avec une 3e place en 2011. Un échec serait de toute façon synonyme de retraite. Un défi fou quand on sait que le Français participe pour la première fois au Giro. Deuxième du Tour de France en 2014, Péraud a encore de beaux restes mais semble loin de son meilleur niveau (aucune victoire cette année). Peu importe, il sera à coup sûr l’un des grands animateurs de ce 99e Giro. L’occasion aussi pour l’ancien champion de France du contre-la-montre de remplir deux nouvelles lignes de plus à son palmarès puisqu’il n’a levé les bras ni en Italie, ni sur un grand tour depuis le début de sa carrière.

Alexandre Geniez (FDJ) : Dans l’ombre de Thibaut Pinot

Au sein l’équipe FDJ, les rôles sont clairs. Le leader ultime de l’équipe sur les courses par étapes, c’est Thibaut Pinot. En bon coéquipier, Alexandre Geniez s’incline toute l’année sauf … sur le Giro. C’est côté transalpin que l’Aveyronnais s’éclate en l’absence de Pinot.13e du général en 2014 et 9e en 2015, le Français tentera cette année de se rapprocher du top 5. 20e du prologue initial (à 20’’ de Tom Dumoulin), il a encore démontré qu’il sera la plus belle cartouche française au général sur ce Tour d’Italie, avec Jean-Christophe Péraud. Brillant lorsque la route s’élève, le coureur de 28 ans devra néanmoins se débrouiller seul. Toute l’équipe FDJ sera au service d’Arnaud Démare dans sa quête du maillot rouge de meilleur sprinteur. Mais Alexandre Geniez a l’habitude. Il a prouvé avec ses résultats probants sur les derniers Giro qu’il n’avait besoin de personne.

Les autres coureurs français : Guillaume Bonnafond, Axel Domont, Hubert Dupont, Blel Kadri (AG2R La Mondiale), Arnaud Courteille, Mickaël Delage, Olivier Le Gac, Marc Sarreau, Benoit Vaugrenard (FDJ).

Yohann Tritz