RMC Sport

La relaxe pour Longo

Jeannie Longo est relaxée

Jeannie Longo est relaxée - -

La championne cycliste française a été blanchie des accusations qui pesaient sur elle après trois contrôles antidopage non honorés. Ses arguments ont convaincu la commission de discipline de la Fédération Française de cyclisme (FFC). Bien qu’affectée, elle penserait déjà aux Jeux Olympiques de Londres.

Deux mois après l’ouverture par la Fédération française de cyclisme (FFC) d’une procédure disciplinaire contre elle, deux semaines après s’être défendue en audience, Jeannie Longo a été relaxée ce mardi par la commission de discipline de la FFC, qui lui reprochait trois manquements successifs au règlement antidopage. La commission a estimé que la championne « ne faisait pas partie du groupe cible » de l’Agence française pour la lutte antidopage (AFLD), groupe de 450 athlètes de haut niveau tenu au devoir de localisation. La défense de Longo avait avancé l’irrecevabilité du dossier d’accusation de l’AFLD. Argument accepté par la commission.

La décision, prise lundi soir et communiquée au président de la FFC, David Lappartient, a été notifiée par courrier à l’intéressée et à ses défenseurs. Le président de la Fédération possède encore dix jours pour faire appel. Les services de communication de la Fédération indiquent « avoir pris acte de la décision ». La tendance serait à un apaisement. Reste à savoir comment va réagir l’AFLD, qui dispose également d’une possibilité de recours, une fois passé le délai des 10 jours.

Ciprelli lui aussi blanchi ?

En attendant, Longo, comme nous l'explique un de ses avocats, sort marquée de la période qu'elle vient de traverser. « Elle est très, très contente de la décision qui a été rendue, mais en même temps elle subit le contrecoup de ce qui a été pour elle insupportable pendant de longs mois, une mise en cause qu’elle accepte mal, explique Me Bruno Ravaz. Elle est très dépitée. » La compétition pourrait la remettre en selle. « Sur le vélo » lorsque ses avocats ont appris la nouvelle, Longo envisage toujours de participer aux Jeux de Londres. « Je crois qu’elle va se tourner vers l’avenir, affirme Guy Chanal, ami et directeur du palais des sports de Grenoble. J’espère qu’elle sera à Londres. »
Dans l'immédiat, la sportive préférée des Français a le regard tourné vers son mari et entraîneur Patrice Ciprelli, toujours sous le coup d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Grenoble, accusé par un ancien cycliste américain d'avoir acheté sur internet des doses d'EPO en 2007. Une décision favorable à Ciprelli pourrait tomber d’ici à la fin du mois.