RMC Sport

Le clan Contador contre-attaque

Bjarne Riis et Alberto Contador vont entamer la défense du coureur vendredi à Palma de Majorque

Bjarne Riis et Alberto Contador vont entamer la défense du coureur vendredi à Palma de Majorque - -

Face à la menace d’une suspension d’un an, le coureur espagnol, qui tiendra une conférence de presse ce vendredi à Palma de Majorque, est prêt à aller jusqu’au bout pour obtenir gain de cause, y compris devant le Tribunal arbitral du sport.

Il pleuvait ce jeudi sur Majorque, et le climat était à l’image du moral d’Alberto Contador. « Il est affecté, déçu », confie Jacinto Vidarte, le porte-parole du coureur, présent sur place. Un jour après avoir été informé par la Fédération espagnole de cyclisme (RFEC) que le panel d’avocats, spécialement mandatés par l’institution pour statuer sur son dossier de dopage présumé au Clenbuterol sur le Tour 2010, avait préconisé une suspension d’un an, le triple vainqueur du Tour a le moral dans les chaussettes. « Il ressent cette affaire comme une injustice, poursuit Vidarte, comme une décision politique plus que sportive. » A défaut de sortir sous les gouttes, Contador a fait du tapis de course à l’hôtel. Son frère et agent Fran devait le rejoindre dans la soirée.
Car le clan Contador prépare sa riposte. Vendredi à 16h, le coureur, flanqué de Bjarne Riis, manager de Saxo Bank-SunGard, sa nouvelle formation, s’exprimera en public. La photo d’équipe prévue dans la matinée a été annulée. « Vu l’actualité d’Alberto Contador, l’équipe se concentre sur la conférence de presse », a justifié la formation dans un communiqué. Le gars de Pinto s’en tiendra à sa ligne de conduite depuis sa suspension provisoire par l’UCI fin août : il est innocent.
Concrètement, les avocats du coureur auront dix jours pour défendre la thèse de la contamination alimentaire devant la commission de discipline de la RFEC. Mais dans l’entourage du coureur, on s’attend à ce que le combat ne s’arrête pas là. « On imagine mal que la Fédération ne s’aligne pas sur les préconisations des avocats », concède Vidarte. Alberto est prêt à aller jusqu’au bout, et devant les autorités nécessaires. » Si la RFEC lui infligeait un an de suspension, il n’hésiterait donc pas à porter le dossier devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne.

Pour l’UCI, « Contador n’est pas sanctionné »

En attendant, l’UCI a mis un peu de baume au cœur au Pistolero. « Pour nous, rien n’a changé, il ne s’agit que d’une recommandation et on attend toujours la décision finale de la fédération, a tenu à préciser Enrico Carpani, porte-parole de l’instance internationale. A ce jour, Contador n’est pas sanctionné. »
Du côté d’Amaury Sport Organisation, l’organisateur du Tour, l’épisode Contador est clos. « On attendait la réponse depuis de longs mois, c’est une histoire compliquée avec de longs mois de procédure, a lâché le patron de l’épreuve, Christian Prudhomme, lors d’une conférence de presse organisée pour l’occasion. Ce qui est certain, c’est que les instances anti-dopage font le boulot. Quand vous prenez une substance, vous devez répondre de vos actes. Concernant Alberto Contador et la perte de son maillot, je vois mal comment on pourrait arriver à une non-sanction. »

Louis Chenaille (avec C.Z.)