RMC Sport

Le ministère des Sports réagit

Suite à la décision prise par l’UCI, le ministère des Sports n’a pas tardé à réagir via un communiqué.

La sanction infligée par l’UCI à la Fédération Française de Cyclisme n’a pas tardé à faire des vagues. Roselyne Bachelot, ministre des Sports et le secrétaire d’Etatt, Bernard Laporte, ont tenu à s’exprimer via un communiqué. Le voici.

Roselyne BACHELOT-NARQUIN, ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative et Bernard LAPORTE, secrétaire d’Etat chargé des Sports, de la Jeunesse et de la Vie associative viennent d’apprendre avec consternation la décision de l’Union cycliste internationale de suspendre la Fédération Française de Cyclisme jusqu’au 31 décembre prochain.

Cette décision est avant tout regrettable dans son principe. La FFC s’est bornée à appliquer le droit français qui impose d’autoriser des organisateurs privés à promouvoir des épreuves sur notre sol dès lors que des garanties, de sécurité notamment, suffisantes sont assurées. En se cantonnant à ce rôle, elle a d’ailleurs été la seule à défendre les intérêts des coureurs, trop souvent négligés dans ce conflit. Elle ne doit pas être sanctionnée pour cela.

Sans préjuger des suites données à cette affaire, des certitudes s’imposent d’ores et déjà :

La France reste un grand pays de cyclisme et des épreuves de qualité ouvertes à tous continueront d’y être organisées, en particulier le Tour de France, Paris-Nice, Paris-Roubaix, le Dauphiné Libéré…

Le soutien du gouvernement français à la Fédération Française de Cyclisme est total en ces heures difficiles.

La sanction prononcée par l’UCI ne résoudra en rien la crise traversée actuellement par le cyclisme international. Seuls le dialogue et la concertation y parviendront.

La rédaction