RMC Sport

Les rêves de Cancellara

55 victoires en dix ans de carrière... Une régularité d'horloge suisse...

55 victoires en dix ans de carrière... Une régularité d'horloge suisse... - -

Auteur du doublé Tour des Flandres, Paris – Roubaix, Fabian Cancellara s’impose comme le roi de ces classiques de printemps. Et pourtant, son rêve était de remporter le Tour de France.

Comme tous les gamins qui débutent dans le cyclisme, Fabian Cancellara se voit en jaune sur les Champs-Elysées. Des rêves de maillot jaune plein la tête, le Bernois fait ses premiers pas professionnels dans le cyclisme en 2001. Il a alors 20 ans. Mais trop lourd, trop grand, le puissant Spartacus ne rivalise pas avec les poids plumes du peloton. Un physique de rouleur, de sprinteur, mais pas de grimpeur. En cinq participations sur la Grande Boucle (2004, 2005, 2007, 2008 et 2009) qu'il termine à chaque fois, il ne fait pas mieux que 65e en 2008.

Alors Cancellara se « console » avec ses 15 maillots jaunes, ses 7 victoires d’étape. Mais surtout avec les monuments du cyclisme. Paris-Roubaix, Milan - San Remo, le Tour des Flandres... Le Bernois s’est trouvé des nouveaux objectifs. Surtout, quand il se fixe un objectif, il s’y prépare sans rechigner. « C’est un véritable acteur hollywoodien, plaisante son directeur sportif, Bradley McGee. Il est capable de se métamorphoser et des changer ses objectifs d’une saison sur l’autre. »

L’ancien coureur de la Française des Jeux, se souvient ainsi que le Suisse perd du poids pour les championnats du monde de l’année dernière. Il voit en lui également un homme de Grands Tours. D’ailleurs, le Tour de France est toujours dans un coin de sa tête. Plus léger que par le passé, il passe mieux les cols. Plutôt utile quand il faut se mettre au service de son ancien coéquipier, Carlos Sastre, vainqueur en 2008, ou encore Andy Schleck, principal rival d’Alberto Contador, mais pas assez surement pour accomplir ses rêves de gamin.

P.Ta.