RMC Sport

Longo, du travail de Pro

Jeannie Longo

Jeannie Longo - -

Vainqueur à 52 ans du contre-la-montre des Championnats de France, jeudi à Boulogne-sur-Mer, la doyenne du peloton a encore maté la relève. Une suprématie bâtie sur une vie entière consacrée au cyclisme, au contraire de ses concurrentes.

Elle a bravé le vent de la Manche, le dénivelé escarpé du Boulonnais, les adversaires, ces jeunettes qui veulent la peau de « la Longo », mais la Doyenne a écrasé la concurrence sur le contre-la-montre de Boulogne-sur-Mer, signant à 52 ans un énième titre national. Son 58e pour une athlète née en 1958. Pendant que la légende du cyclisme féminin français jongle avec les statistiques et les symboles, le peloton panse ses plaies.

Pauline Ferrand-Prévot (4e), annoncée comme la principale rivale de Jeannie Longo, a eu un « refroidissement », Edwige Pitel (5e) a chuté, Magdeléna de Saint-Jean (7e) a crevé… « C’est la meilleure en France, j’espère un jour la battre », souffle Audrey Cordon, troisième. Alors que ses cadettes courent toujours derrière, Longo a déjà décroché son billet pour le contre-la-montre des Mondiaux à Copenhague (19-25 septembre), et s’offre le luxe de s’interroger quant à une participation aux JO de Londres. Ce serait ses huitièmes Jeux… « C’est la loi du sport, juge sans concession la DTN du cyclisme tricolore, Isabelle Gautheron. » Pour la patronne de la discipline, l’explication est simple : « Longo est la seule coureuse professionnelle. » De fait, la native d’Annecy se consacre à 100% au cyclisme, ce qui n’est pas le cas de la relève. Julie Krasniak (6e), 23 ans, s’est tenue éloignée de son vélo ces dernières années pour décrocher un Master de Droit. Audrey Cordon, 21 ans, suit un BTS – Immobilier en alternance. « (Longo) a un style de vie très particulier, juge la Bretonne. A 52 ans, moi, j’aimerais avoir des petits-enfants… »

« Il n’y en a que pour elle aux JT de 13h »

Régulièrement battue sur les routes, les Françaises de la nouvelle génération, ramassent aussi les miettes de l’aura médiatique dont jouit la quadruple médaillée olympique. « C’est sûr qu’elle a fait évoluer le cyclisme, mais il n’y en a que pour elle aux JT de 13h, déplore Cordon. L’an dernier, Mélodie Lesueur (championne de France sur route) n’a pas eu le droit à une minute à la télévision. C’est la faute des médias. » « Je ne sais pas si c’est la faute aux médias, mais ce qui est sûr, c’est que ce n’est pas la faute à Longo, rétorque Gautheron. C’est aux jeunes d’aller la chercher. » A commencer par samedi, sur l’épreuve reine des « France », l’épreuve de course en ligne.