RMC Sport

Où s’arrêtera Gilbert ?

-

- - -

Vainqueur de l’Amstel Gold Race dimanche dernier et de la Flèche Wallonne mercredi, Philippe Gilbert (Omega Pharma-Lotto) sera l’immense favori de Liège-Bastogne-Liège ce dimanche. A 28 ans, le Belge peut réussir un triplé exceptionnel. Peut-être le début de son règne.

Le mur de Huy, mercredi. Une pente infernale, un passage à 26 % d’inclinaison. Et un homme qui s’arrache au bitume et qui écrase la dernière résistance de concurrents en souffrance dans ces derniers kilomètres de la Flèche Wallonne. L’image laissée par Philippe Gilbert, déjà vainqueur de l’Amstel Gold Race dimanche dernier, est comparable à la domination de Fabian Cancellara en 2010 dans le Tour des Flandres et sur Paris-Roubaix. Le Suisse était le maitre des Flandriennes, le Belge est celui des Ardennaises.

Ce dimanche, il pourrait réaliser un triplé d’anthologie en cas de victoire à Liège-Bastogne-Liège, une performance réussie pour la dernière fois en 2004 par l’Italien Davide Rebellin. « A l’Amstel, l’arrivée était dans ses cordes, explique Cyrille Guimard, ancien directeur sportif, notamment de Cofidis. Il l’a bien gérée. On sait que c’est un garçon qui n’est pas dénué d’intelligence, qui a le sens de la course. Dans le mur de Huy, par contre, il a été impressionnant de force, de puissance, d’aisance. »

Nouveau numéro 1 mondial

Troisième de Milan-San Remo en début de saison, habitué aux succès de fin d’année sur le Tour de Lombardie (2009, 2010) et Paris-Tours (2008, 2009), Philippe Gilbert ne cesse de progresser. « Sa classe, son talent, sa puissance, sa sérénité, font qu’il peut gagner toutes les courses d’un jour et toutes les classiques », estime l’ancien directeur sportif de Bernard Hinault et Laurent Fignon. Des qualités qui pourraient même lui permettre de briller sur le Tour de France. A condition que l’ancien coureur de la Française des Jeux et de Marc Madiot, de 2003 à 2008, accepte de revenir. Il y a renoncé ces deux dernières années, pour privilégier les classiques.

« Ses 67 kg font qu’il est peut-être un peu lourd pour jouer le classement général, pense Cyrille Guimard. Mais il peut remettre en cause les vrais sprinteurs dans leur quête de victoires d’étapes et provoquer des mouvements de course qui mettraient en difficulté les favoris du Tour de France. » En attendant de se frotter de nouveau à la Grande Boucle, Philippe Gilbert pourrait continuer à enrichir son palmarès. « Il est au sommet de son art et ça peut encore durer pendant deux ou trois ans », pronostique Cyrille Guimard. Son dossard de numéro 1 mondial au classement UCI, fraîchement collé, sera difficile à arracher.