RMC Sport

France-Angleterre, le match des pistards

Beaugé, Sireau, D'Almeida

Beaugé, Sireau, D'Almeida - -

Les épreuves sur piste débutent ce jeudi avec en point d’orgue, la poursuite par équipes. Comme en 2008, le titre olympique devrait se jouer entre la France et l’Angleterre. Une revanche en perspective pour les Bleus.

La rivalité entre la France et l’Angleterre ne date pas d’hier. Sur la piste, le vélodrome de Pékin avait déjà été le théâtre d’une de ces batailles sportives qui a marqué l’histoire entre les deux pays. Emmenés par l’actuel porte-drapeau de la Grande Bretagne, Chris Hoy, les Britanniques avaient alors remporté le match en finale pour cinq centièmes. Une défaite à laquelle avaient participé Grégory Baugé et Kevin Sireau (le troisième coureur était Arnaud Tournant), et qu’ils comptent bien effacer « Il y a bien évidemment un esprit de revanche par rapport à Pékin, confie Sireau. On est là pour l’or, et ce serait bien de décrocher cela contre les Anglais. Il y a une forcément une rivalité, comme avec les autres grosses équipes.»

Si Baugé et Sireau, rescapés de Pékin, essaient de ne pas se focaliser uniquement sur ce duel, on peut toutefois lire dans leur propos une volonté d’en découdre avec leurs meilleurs ennemis. Grégory Baugé, qui s’attend à une ambiance « très chaude » en terres britanniques, parle même de « remettre les pendules à l’heure ». Seul Michaël d’Almeida, absent lors des derniers Jeux Olympiques, semble détaché du duel France-Grande Bretagne : « Je ne calcule pas du tout cela. Pour moi, que ce soient les Britanniques ou n’importe qui, ce sont des adversaires comme les autres. »

Sireau : « Nos adversaires peuvent avoir peur »

Avant de croiser éventuellement la Grande Bretagne, les Bleus devront disputer un duel face à l’Australie. Un adversaire qui les avait privés du titre de champions du monde sur piste à Melbourne en avril dernier…pour seulement un millième. « C’est encore en nous » affirme même Grégory Baugé, qui compte bien effacer cette défaite.

Grégory Baugé, Kevin Sireau et Michaël d’Almeida ont beaucoup travaillé pour ces Jeux Olympiques de Londres. Pour les deux derniers, il s’agit de leur unique opportunité de rapporter l’or cette année (Baugé disputera également la vitesse individuelle). Mais ils partent confiants, à l’image de Sireau. « Nous sommes prêts. Michael et moi n’avons travaillé que pour cela. Nos adversaires peuvent avoir peur. Tout autre résultat que l’or serait une déception. » Réponse ce jeudi sur les coups de 19h15.

Anthony Tallieu avec Georques Quirino et Christophe Cessieux