RMC Sport

Pour échapper à un contrôle durant le confinement, un cycliste passe par la mer

Pays durement touché par l’épidémie de coronavirus, l’Italie suit un confinement strict depuis plusieurs semaines. La pratique du vélo au titre du loisir y est interdite. Pour échapper à un contrôle de police, un amateur a choisi la voie maritime. Sans succès.

La scène prête au moins à sourire dans une actualité difficile. Surtout en Italie, épicentre de l’épidémie de coronavirus en Europe. Lundi, le pays a annoncé 812 morts lors des dernières 24 heures, portant le tragique bilan à plus de 11.500 décès. Face à la gravité de la crise, le pays a prononcé, il y a trois semaines, un confinement strict afin de limiter la propagation du Covid-19. Une situation qui interdit plusieurs pratiques sportives de loisir, dont celle du cyclisme. Un amateur de bicyclette a toutefois brisé ce confinement ces dernières heures pour réaliser une sortie à vélo, à Salento sur la côte d’Ostriante.

>> Le sport face au coronavirus; la situation en direct

Le cycliste mis à l’amende

Proche d’être intercepté par la police pour un contrôle qui allait sans nul doute déboucher sur une amende pour non-respect du confinement, ce cycliste amateur a tenté de s’échapper… par la mer. Et forcément en vélo, ça marche moins bien. Débute alors une scène burlesque avec l’agent de police intimant l’ordre de revenir sur la plage à un cycliste répétant à plusieurs reprises "Je n’ai rien fait de mal". Le fuyard peu inspiré a finalement été stoppé par la police qui lui a infligé une amende pour non-respect du confinement. Celle-ci va de 400 à 3.000 euros en Italie. Chère la petite baignade.

MI