RMC Sport

Ces histoires qui ont fait le Tour (10/23)

-

- - -

A l’occasion de la 100e édition de la Grande Boucle, RMC Sport vous raconte chaque jour une petite histoire, drôle, anecdotique, décalée, dramatique ou simplement croustillante, qui a contribué à la grande histoire du Tour. Aujourd’hui, retour sur les origines du premier Grand Départ de l’étranger, qui remontent à 1954.

Il aura fallu attendre le 7 juillet 1954. Créé en 1903, le Tour de France s’élançait jusqu’alors traditionnellement de France même si, depuis 1906, elle s’était accordée quelques passages dans des villes étrangères. Mais jamais ô grand jamais un Grand Départ n’avait eu lieu ailleurs qu’en France. « Les vraies raisons de ce grand départ à l’étranger sont hélas nobles, comme le rappellent Mustapha Kessous et Clément Lacombe dans « Les 100 histoires du Tour de France ». Tout n’est question que de gros sous. »

A l’époque, le Tour de France est menacé par l’organisation d’un Tour dissident mis en place par Jean Leulliot, un ancien du journal « L’Auto ». Un Tour d’Europe occidentale « qui doit serpenter dans plusieurs pays. » Pour torpiller le projet et se tourner, du coup, vers l’international, Jacques Goddet saisit l’opportunité de désigner Amsterdam comme ville d’accueil de la 1ère étape du Tour 1954. Un sacré coup de maître qui fera de l’ombre au Tour d’Europe occidentale, qui verra néanmoins le jour mais qui ne durera que trois ans (1954 à 1956).

« Une fierté pour un peuple endeuillé »

Meurtris par un raz-de-marée qui a fait des milliers de morts et de dizaines de sans-abris, les Pays-Bas voulaient frapper un grand coup en redonnant le sourire à leurs concitoyens. « Une fierté pour un peuple endeuillé », rappellent les deux auteurs. « Et même les bars ont été autorisés à ouvrir jusqu’à l’aube » précise l’ouvrage. Après Amsterdam en 1954, huit autres pays vont accueillir la plus belle course du monde comme la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg ou encore l’Angleterre avec Londres en 2007. Une aubaine pour drainer un nouveau public. Et s’ouvrir un peu plus au monde.

A lire aussi :

>> Brailsford : « Je comprends qu’on compare Froome à Armstrong »

>> Froome, seul et fort

>> Froome : « J'ai eu peur »

RMC Sport