RMC Sport

Contador : « Je suis un peu inquiet »

-

- - -

Le favori espagnol du Tour de France, à la peine durant la première semaine, n’est clairement pas dans la forme de sa vie à l’attaque des Pyrénées. Ni morale, ni physique. Il s’explique.

Alberto, comment va votre genou droit ?

Ce n’était pas une grosse chute hier (dimanche, ndlr) mais quand j'ai heurté le vélo de Vladimir Karpets, je me suis pris un gros coup dans le genou droit. J'avais déjà été touché à l'extérieur de ce genou lors de la première étape. Cette fois-ci, c'était à l'intérieur. Ce matin (lundi), j'ai pu rouler un peu pendant une heure et demie. J'ai une inflammation au genou. J'essaie d'en prendre soin avec de la glace. Je vais essayer de récupérer le mieux possible avant les Pyrénées.

C’est une blessure qui vous préoccupe ?

Je suis un peu inquiet parce que le Tour est une course très exigeante. Ce n’est jamais une bonne chose d’être amoindri. Avec cette blessure, je n’ai pas mon coup de pédale, ma cadence de pédalage habituelle. J’appuie plus sur une jambe que sur l’autre. Quand j’arrive à l’hôtel, ma blessure me fait souffrir pendant le massage. Mais bon, il faut que je reste optimiste. On se rapproche des Pyrénées qui seront un premier test. On verra si je peux répondre sur le vélo. Mais c’est normal que cela me préoccupe.

Va-t-on retrouver le Contador des dernières années ou le Giro vous a-t-il trop amoindri ?

J’espère que je serai dans de bonnes conditions dans les Pyrénées. Une minute trente de retard sur les favoris (16e au général, il compte 4 minutes de retard sur le maillot jaune), c’est difficile avant la montagne. Mais j’aurai aussi le contre-la-montre de Grenoble (samedi 23 juillet) pour reprendre du temps. Bien sûr que j’ai utilisé beaucoup d’énergie sur le Giro, mais ce n’est pas une excuse.

Serez-vous obligé d’attaquer dès les Pyrénées pour combler votre retard ?

Je ne sais pas encore. Mais d’autres coureurs qui sont mieux placés que moi au classement général et qui veulent gagner le Tour vont eux aussi devoir attaquer. Cadel Evans (3e au général) est plus tranquille car il est bien placé et il a l’avantage d’être un bon coureur de contre-la-montre. Ce qui est moins le cas des frères Schleck, qui devront passer à l’offensive. Basso et Klöden sont forts aussi. Je n’ai rien prévu pour le moment. On verra au moment venu selon mes sensations.