RMC Sport

Dr Porte : « Armstrong n’a rien inventé »

Gérard Porte, médecin chef du Tour pendant près de 40 ans

Gérard Porte, médecin chef du Tour pendant près de 40 ans - -

Médecin chef du Tour de France durant 39 ans, le docteur Gérard Porte est l’une des rares voix du cyclisme à émettre quelques nuances sur les conclusions du rapport de l’Usada et les pratiques dopantes de Lance Armstrong. Il s’en explique.

Vous attentiez-vous à un tel rapport à charge ?

Ce rapport était attendu puisque annoncé depuis longtemps. Mais moi, ce qui m’interpelle, c’est la manière de faire. Le fait de revenir sur des victoires qui ont été authentifiées, treize ans après son premier succès sur le Tour, cela m’étonne.

Les faits rapportés dans le rapport de l’Usada sont tout de même accablants…

C’est important de préciser qu’il n’a jamais été contrôlé positif. Il a passé tous les contrôles comme les autres leaders vainqueurs d’épreuves et surtout du Tour de France.

Armstrong semble pourtant avoir élevé sensiblement le niveau de dopage…Sur quels arguments peut-on affirmer qu’il a hissé le curseur plus haut que les autres ?

S’il a fait ça, c’est condamnable, c’est certain, parce que nous, médecins, notre rôle est de protéger les jeunes et les coureurs. Mais il n’a fait que ce qui se faisait à l’époque.

En allant toutefois plus loin encore que ce que l’on a pu observer du temps de Festina en 1998…

Festina avait les mêmes habitudes que tout ce qui est décrit : les centrifugeuses, l’EPO, la dilution du sang,… Ca existait déjà. Ce n’est pas Armstrong qui les a inventés.

« Le doute est permis »

On vous sent dubitatif sur ces révélations ?

Honnêtement, je ne saurais me prononcer parce qu’on en arrive à des choses invraisemblables. Il faudrait que tous ces faits soient avérés, qu’on ait vraiment des preuves et pas seulement des témoignages d’anciens dopés. Car que valent ces témoignages ? Je suis incrédule par rapport à tout ça, même si je tombe de nues.

Les témoignages contenus dans ce rapport sont tout de même circonstanciés, détaillés et faits sous serment…

Le dopage met le moteur en surrégime. Et moi, en tant que médecin, je n’ai jamais connu quelqu’un qui puisse fonctionner avec un moteur en surrégime pendant sept ans. Le dopage fatigue les organismes. Je me pose donc des questions sur le dopage lui-même et la réalité de ce dopage. A-t-il vraiment eu lieu ?

Selon vous, le doute est donc permis ?

Oui. A mon avis, le doute est permis. On n’a pas le droit de condamner un garçon qui a subi tous les contrôles auxquels il était astreint et qui se sont révélés négatifs. Maintenant, c’est tout à fait le droit de l’UCI de revenir sur son jugement pour le condamner. Pour l’instant, selon moi, faute de preuves, c’est toujours lui le vainqueur des 7 Tours de France qu’il a gagnés.

Propos recueillis par Gérald Mathieu