RMC Sport

Evans : « C’est un rêve »

Cadel Evans

Cadel Evans - -

Cadel Evans va atteindre les Champs-Elysées avec le maillot jaune, dimanche, après avoir facilement repris ses 57 secondes de retard sur Andy Schleck. Une délivrance pour l'Australien qui a déjà échoué deux fois à la deuxième place.

Cadel Evans, pour la première fois vous vous apprêtez à arriver à Paris, en jaune…

Ce sont vingt ans de travail qui paient aujourd’hui. Je veux remercier tous ceux qui ont eu confiance en moi pendant cette grande année. Quand nous arriverons sur les Champs Elysées demain, ce sera un rêve. Cette année, nous sommes arrivés ici avec une équipe incroyable. Chaque coureur a fait un travail incroyable. Tout le monde a eu confiance en moi. J’ai terminé deux fois deuxième (en 2007 et 2008), être premier, c’est beaucoup mieux.

Comment expliquez-vous cette réussite dans ce Tour de France 2011 ?

Cette année les choses sont allées dans le bon sens pour moi. Nous avons évité cette fois toute malchance en n'ayant que de petits pépins sans grande conséquence tout au long de la course. Je suis venu dans ce Tour en espérant ne pas avoir de problèmes. Et c’est incroyable de se retrouver aujourd’hui dans cette position et d’arriver à Paris en jaune.

Pensez-vous avoir réalisé votre Tour parfait ?

Quand l’équipe Leopard-Trek avec Andy Shleck a attaqué dans le Galibier, je me devais de prendre la course en main, et ca a marché. Quand on a attaqué la montagne, je n’aurais pas pu réussir tout seul, et mon équipe était là pour m’aider, notamment Marcus Burghardt et George Hincapie qui ont été fantastiques. Je ne peux pas dire que j’ai réussi tout seul, ce sont mes partenaires qui m’ont amené à ce stade.

Y a-t-il eu un moment où vous vous êtes dit : "aujourd’hui, c’est mon jour" ?

Dans les étapes de montagne, j’étais tellement épuisé que j’ai été étonné que si peu d’énergie pouvait m’emmener si loin. Le temps de récupération était assez court, donc j’ai dû puiser dans mes réserves pour faire les efforts nécessaires. Dans l’ensemble, j’ai réalisé un Tour assez constant qui m’a permis d’être là où je suis, et il y avait quand même quelques signes assez prometteurs pendant l’étape d’hier. Ce matin, pendant le petit entraînement, j’ai vu que mes jambes marchaient bien.