RMC Sport

Froome, le choix du patron

Froome et Wiggins

Froome et Wiggins - -

Deuxième en juillet dernier, derrière son coéquipier Bradley Wiggins, Chris Froome sera bien l’unique leader de l’équipe Sky lors du prochain Tour de France. Mais l’incertitude des dernières semaines va-t-elle laisser des traces entre les deux hommes ?

Pour réaliser une bonne série télé, les ingrédients sont connus. Intrigue. Rebondissements. Casting de choix. Une formule que l’on retrouve dans le méli-mélo tragico-burlesque qui passionne la petite reine : le Bradley Wiggins & Chris Froome show. Pour les retardataires, on résume les épisodes des derniers mois. Wiggins remporte le Tour de France 2012, aidé par un Froome à la supériorité évidente en montagne et deuxième du classement final. Leurs femmes s’écharpent sur Twitter pour savoir qui est le meilleur. Bradley annonce viser le Giro en 2013. Chris affirme qu’il a reçu l’assurance d’obtenir le statut de leader des Sky sur la prochaine Grande Boucle. Wiggins titille Froome à ce sujet, d’un « nous aurons deux leaders et la hiérarchie d’établira sur la route lors de la première semaine » à un « la décision sera probablement prise dans les trois derniers jours avant le Tour ».

Le Britannique né au Kenya, vainqueur cette année du Tour d’Oman, du Critérium international et du Tour de Romandie, répond à son aîné (33 et 27 ans) via un communiqué : « Le management m’a assuré que j’aurai son soutien total. A aucun moment, le leadership sur le Tour n’a été remis en question. » Et la femme de Chris en remet une couche sur le réseau social de micro-blogging. Même Nicolas Portal, l’un des directeurs sportifs de l’équipe Sky, en avait fini par perdre son latin d’un lapsus savoureux : « Bradley va vraiment se focaliser sur le Tour… euh sur le Giro ! » Bref, un vrai Dallas, version peloton. Et comme souvent dans les séries, pour mettre fin à ce désordre, le patriarche tape du poing sur la table devant ses turbulents rejetons, rôle dévolu au manager Dave Brailsford.

« Important de clarifier notre position »

Sur le site de l’équipe Sky, ce dernier a mis les choses au clair lundi. Histoire d’apaiser une préparation qui aurait pu tourner à la guerre ouverte de mots. « Compte tenu des performances en progression de Chris cette année, notre intention est, comme ça l’est depuis janvier, d’en faire le leader de notre équipe pour le Tour de France, explique Brailsford. Depuis le début de la saison, Bradley s’est entraîné spécifiquement pour essayer de gagner le Giro et ensuite courir le Tour, tandis que Chris s’est concentré sur le Tour. Il est toutefois important de clarifier notre position, voilà pourquoi nous irons sur le Tour avec un seul leader. » Et de terminer sur une double caresse pour ménager la chèvre et le choux : « Nous sommes dans une position fantastique. Nous avons deux des meilleurs coureurs du monde pour les grands tours, deux coureurs qui ont une grande volonté de gagner. »

Reste une interrogation. Si l’intention de faire de Froome (qui a reconnu l’étape du Mont-Ventoux vendredi) le leader est bien réelle « depuis janvier, », pourquoi avoir tant attendu pour clarifier la situation ? Porte ouverte au cas où le choix de Wiggins, le plus connu et le plus « vendeur » des deux en Grande-Bretagne, évolue ? Seule certitude : la chose pourrait avoir laissé des traces dans la cohésion de groupe, indispensable en cyclisme. Et rien ne dit que Wiggins, en position de force puisqu’il a déjà remporté la Grande Boucle, ne va pas prendre un malin plaisir à jouer sa carte personnelle pour embêter Froome. Pour l’étendue réelle des dégâts, rendez-vous en juillet.

A lire aussi :

>> Wiggins-Froome, déjà des attaques !

>> Wiggins, tout pour le Giro ?

>> Guimard : "Wiggins veut règler son compte à Froome"

Alexandre Herbinet