RMC Sport

Guimard : " Et pourquoi pas Barguil ?"

Cyrille Guimard

Cyrille Guimard - -

Avant le départ du Tour de France samedi à Utrecht (Pays-Bas), Cyrille Guimard fait le point sur les prétendants à la victoire sur les Champs-Elysées. Le membre de la Dream Team RMC Sport compte sur les Français, et notamment sur le novice Warren Barguil, pour pimenter la course.

Nairo Quintana, Alberto Contador, Chris Froome et Vincenzo Nibali. Un Colombien roi de la montagne et trois vainqueurs du Tour de France vont se disputer la victoire sur la Grande Boucle 2015 à partir de ce samedi à Utrecht (Pays-Bas). Il risque donc d’y avoir du spectacle sur les routes du Tour selon notre consultant, Cyrille Guimard.

« Le plateau du Tour de France est exceptionnel, souligne-t-il. Il ne manque personne. L’an passé, il manquait Nairo Quintana qui venait de remporter le Tour d’Italie. Avec sa 2e place au Tour précédent, il aurait été logiquement le favori. Cette année, les quatre favoris sont au départ. Les trois derniers ont déjà gagné le Tour de France. Nairo Quintana n’a fait que 2e mais il était en position d’équipier. Il travaillait pour Alejandro Valverde. On peut se demander s’il n’aurait pas gagné s’il avait été mis en position de leader. »

« Kelderman, un coureur talentueux »

Excitante pour son plateau de « cadors », cette Grande Boucle 2015 pourrait être aussi pimentée par les outsiders. Si notre membre de la Dream Team mentionne l’Espagnol Alejandro Valverde et le prometteur Wilco Kelderman, en qui notre « Druide » voit un coureur « talentueux », il estime que les Français ont une carte à jouer.

« Dans cette course, il va falloir se lâcher car il n’y a pas de contre-la-montre individuel, rappelle-t-il. Il peut se passer des choses. Dans ce contexte, on pourra peut-être trouver un Thibaut Pinot, un Romain Bardet et pourquoi pas Warren Barguil qui dispute son premier Tour. Il va devoir confirmer tout le bien que l’on pense de lui. Pierre Rolland peut aussi entrer dans ce jeu de mouvement parce que les ‘‘quatre’’, soit ils s’attaquent, soit ils se marquent à la culotte. »