RMC Sport

Guimard : « Froome n’a pas su fédérer »

Cyrille Guimard

Cyrille Guimard - -

La 13e étape du Tour de France a été marquée, ce vendredi, par un fameux « coup de bordure ». Chris Froome a perdu plus d’une minute et Valverde près de dix minutes. Cyrille Guimard, membre de la Dream Team RMC Sport, estime que le Tour de France est relancé.

« On ne s’attendait pas à autant de bouleversements au niveau du classement général. On s’attendait plutôt à une étape de transition, à l’image de celle d’hier (jeudi) entre Fougères et Tours. Mais les choses ne se sont pas du tout passées comme cela. Faire des prévisions avant les étapes est très hasardeux. Avec le vent, l’équipe Omega a perturbé la course à plus de 130 km de l’arrivée. La course est relancée, bien sûr. Le classement général a subi d’importantes modifications. Alejandro Valverde est complètement ‘‘out’’ pour le classement général et même pour venir dans les dix premiers. Son coéquipier, Rui Costa, également. Il ne reste plus que Quintana, 8e au général.

Christopher Froome s’est retrouvé piégé à 30 km de l’arrivée par une accélération de l’équipe Saxo-Tinkoff. Alberto Contador a repris plus d’une minute à Chris Froome. Est-ce que cette minute aura des incidentes lorsque nous allons arriver sur le mont Ventoux ou dans la traversée des Alpes ? C’est difficile de donner la réponse aujourd’hui (vendredi). Effectivement, ce Tour de France n’est pas terminé. Si Froome est le plus fort à la pédale, collectivement Contador est nettement supérieur. L’équipe Sky a, une nouvelle fois, explosé.

« Les Sky n’ont pas beaucoup d’amis sur le Tour »

Aujourd’hui, le vent est l’ennemi principal de l’ensemble du peloton. Dans ce type d’exercice, il faut des coureurs expérimentés. Il faut être présent en nombre. L’équipe Saxo a été très forte, tout comme Omega-Pharma de Mark Cavendish. Premièrement, il ne fallait pas être esseulé. Et deuxièmement, il ne fallait pas avoir un pépin. Froome, tout seul, a perdu une minute. C’est la sanction. Valverde a eu un pépin. Il a pris dix minutes. Ce sont des étapes très difficiles lorsque le vent se mêle à la partie. On a pu voir, dans l’organisation de la poursuite derrière le groupe Contador-Cavendish, que Froome n’a pas su fédérer et organiser le groupe. Il aurait dû, tout de suite, venir fermer la porte. Il aurait aussi dû compter sur ceux qui avaient des intérêts à collaborer. Cela n’a pas été le cas. Peut-être que les Sky n’ont pas beaucoup d’amis sur ce Tour de France. »

A lire aussi :

>> Tour de France : Revivez la 13e étape

>> Cavendish, un coup de maître pour entrer dans l’histoire

>> Tour de France : Froome affaibli, Valverde achevé

Intégrale Sport