RMC Sport

Hushovd, le caméléon de Norvège

Thor Hushovd

Thor Hushovd - -

Après le maillot arc-en-ciel de champion du monde, celui du meilleur grimpeur, le coureur norvégien portera le maillot jaune ce lundi au départ de la troisième étape du Tour de France. Pour revêtir la tunique de leader, il a beaucoup œuvré en tête du TGV Garmin lors du contre-la-montre par équipes.

Le vert est une couleur qui sied bien à Thor Hushovd. A deux reprises (2005 et 2009), le Norvégien a rallié les Champs-Elysées vêtu de la tunique du meilleur sprinteur. En ce début de Tour 2011, il a pourtant décidé de modifier complètement sa garde-robe. Lundi, il prendra le départ de la troisième étape à Olonne-sur-Mer avec le maillot jaune : son troisième en trois jours après avoir arboré l’arc-en-ciel samedi et les pois rouges du meilleur grimpeur ce dimanche. Pour se donner le droit de revêtir le plus bel habit du peloton, le champion du monde en titre s’est démené.

Il a souvent assuré de longs relais en tête du train Garmin bien aidé par les spécialistes David Millar et David Zabriskie. A l’arrivée, la formation américaine, qui avait fait de cette étape un objectif prioritaire, a devancé toute la concurrence. « Il est très fort, a rappelé son directeur sportif Jonathan Vaughters. Dans les derniers kilomètres, c’était le meilleur de l’équipe. C’est un homme gentil. Je suis vraiment content qu’il ait le maillot jaune. » Le Viking retrouve une joie qu’il a déjà connue en 2006 lorsqu’il avait pris la tête du classement général à l’issue du prologue. Car en plus d’être un redoutable sprinteur, le double champion de Norvège est également un puncheur hors-pair.

C’est d’ailleurs ce qui lui a permis de remporter le titre de champion du monde à l’automne dernier. Le maillot arc-en-ciel patientera dans un placard tant que le coureur de 33 ans gardera la tête du classement général. « C’est un grand rêve d’avoir le maillot jaune, s’est-il réjoui. C’est extraordinaire. Je suis très fier pour le maillot mais aussi pour la victoire de l’équipe. » Le profil des prochaines étapes l’autorise même à rêver à une nouvelle victoire sur la Grande Boucle (il en est à 8 dans sa carrière). Il pourrait même garder sa tunique jusqu’à l’apparition de la moyenne montagne, samedi prochain à Super-Besse. Le leader de la formation Garmin pourra alors se mettre en chasse d’un troisième maillot vert.