RMC Sport

La Vendée, l’autre pays du vélo !

Jean-René Bernaudeau (à gauche) et Thomas Voeckler, le champion de France 2010

Jean-René Bernaudeau (à gauche) et Thomas Voeckler, le champion de France 2010 - -

Terre d'accueil du départ du Tour de France ce samedi, la Vendée voue une passion sans borne au cyclisme. Ce début de Grande Boucle sera également un évènement particulier pour le Vendéen Jean-René Bernaudeau et son équipe Europcar, basée dans le département. Reportage au cœur du phénomène.

Ce samedi, peu après midi, le Tour de France s’élancera du passage du Gois, qui relie l’île de Noirmoutier au continent, pour rallier les Herbiers. Pour la cinquième année, après 1976, 1993, 1999 et 2005, la Vendée sera donc le lieu de départ de la Grande Boucle. Une juste récompense pour un département où le cyclisme est ancré dans la tradition locale. Véritable paradis des cyclotouristes, le département est aussi un haut-lieu du cyclisme professionnel français.

Et le maître d’œuvre de ces liens entre le cyclisme d’élite et la Vendée n’est autre que Jean-René Bernaudeau, cinquième du Tour de France en 1979. Né à Saint-Maurice-le-Girard, proche de Fontenay-le-Comte, cet enfant du pays est aujourd’hui le directeur sportif de l’équipe Europcar, dont le leader est Thomas Voeckler. Ce grand départ est donc une immense fierté pour cet homme du cru. « J’ai un nom vendéen, je suis né en Vendée et j’habite dans la maison où je suis né, indique-t-il. Je vois beaucoup de villages qui soulignent le passage du Tour. Cela sera évidemment le rendez-vous des Vendéens. »

Un contre-la-montre à la maison

Lors de la deuxième étape de ce Tour de France 2011, le départ et l’arrivée se dérouleront d’ailleurs devant le manoir Saint-Michel, le siège de la formation Europcar, aux Essarts. Un lieu devenu, depuis les années 90, le centre de vie des équipes successives de Jean-René Bernaudeau. C’est la « maison des coureurs », aime rappeler le directeur sportif. Une maison que les plus anciens de la formation vendéenne ont d’ailleurs vu évoluer avec le temps. « Au début, avec quelques autres coureurs, j’ai décollé la tapisserie et repeint les murs pour rénover le manoir et pouvoir venir y dormir entre les courses », précise Anthony Charteau, meilleur grimpeur du Tour 2010 et formé à Vendée U, la formation amateur créée en 1991 par Jean-René Bernaudeau.

Un lieu de vie commun qui permet de donner un véritable esprit d’équipe aux coureurs basés au manoir. « Notre force est d’être solidaires, de courir à 100% pour l’équipe, déclare Charteau. Sans mes coéquipiers, je n’aurais par exemple jamais pu gagner le maillot à pois l’année passée. On a le sens du sacrifice. » Quant au résultat de cette deuxième étape, disputée à domicile, Jean-René Bernaudeau avoue ressentir un peu de pression : « Malheureusement, cela sera un contre-la-montre par équipe, ce qui ne nous convient pas, mais ils ne faut pas décevoir les Vendéens. »