RMC Sport

Le carnet de route de Maxime Bouet

Maxime Bouet

Maxime Bouet - -

Durant tout le Tour de France, RMC Sport vous invite à vivre la course de l’intérieur grâce à Maxime Bouet. A 26 ans, le rouleur d’AG2R La Mondiale, qui prend part à sa cinquième Grande Boucle d’affilée, réalise l’une des meilleures saisons de sa carrière. Découvrez sa chronique du jour.

« Ça fait du bien d’être en Corse. Nous vivons un départ du Tour de France inédit et une présentation plutôt sympathique. Maintenant, on a hâte d’y être car ces derniers jours sont peu longs. Il faut prendre son mal en patience et attendre le kilomètre 0. Les premiers jours sont importants. Ils se feront sous de grosses chaleurs. Je ne vais pas me plaindre parce que les conditions météorologiques depuis le début de l’année sont catastrophiques. Ça fait vraiment du bien d’avoir du soleil. Les organismes sont prêts. Tout le monde est affûté et maigre et contrairement à ce que peuvent penser les gens, la chaleur n’est pas un point négatif. Ce qui fait mal, c’est au contraire le froid. Quand il fait 5 ou 10 degrés, c’est là que l’organisme craint un peu.

(A propos des déclarations de Lance Armstrong sur le dopage, ndlr) Je ressens plusieurs ras-le-bol. Que ce soit avant le Tour ou pas, on en a marre de ces histoires. Ça va en faire rire certains, mais aujourd'hui nous sommes un des sports les plus clean et qui lutte le plus contre le dopage. Et pourtant, on continue à nous faire du mal. Ça doit faire plaisir à certains journalistes de sortir ces histoires. Ça fait du mal à un sport alors qu'on trime toute l'année comme des malades. Je suis on ne peut plus sain et à l'eau claire. Ça fait chier de voir qu'on tape sur le vélo et de lire des commentaires comme "tous dopés".

« Ce n'est pas intelligent de la part de nos élus »

Les sénateurs ont décidé de sortir le 18 juillet la liste des coureurs dopés sur les Tour 1998 et 1999. Ce n'est pas intelligent de la part de nos élus. Le Tour fait partie de notre patrimoine et on tape dessus. On a eu mal avec Jaja (Laurent Jalabert, ndlr). On sort un nom alors que plusieurs sont connus. Pourquoi un ? Ça va faire mal à des coureurs qui ont arrêté leur carrière et qui sont tranquillement dans leur canapé. Qu'on aille également voir dans les autres sports. On ne sait pas ce qu'il se passe dans le foot ou le rugby. On n'arrive pas à comprendre qu'on nous compare à des voleurs, des tueurs ou des gangsters. »

A lire aussi :

- Tour de France : Armstrong secoue le peloton

- Guimard : « Que Lance Armstrong nous laisse tranquille »

- Les chiffres clés du Tour de France