RMC Sport

Le carnet de route de Maxime Bouet

Maxime Bouet

Maxime Bouet - -

Durant tout le Tour de France, RMC Sport vous invite à vivre la course de l'intérieur grâce à Maxime Bouet. A 26 ans, le rouleur d'AG2R La Mondiale, qui prend part à sa cinquième Grande Boucle d'affilée, réalise l'une des meilleures saisons de sa carrière. Découvrez sa chronique du jour.

« Il a fait de grosses chaleurs toute la journée. Je n’ai pas eu de bonnes sensations dans le début de l’étape car, quand le train est tranquille, j’ai l’impression que les jambes sont lourdes. Et puis ça s’est accéléré, je me suis senti bien mieux dans le final et dans le dernier col. Malheureusement, au moment de sprinter, je me retrouve un peu enfermé dans les barrières. Finalement, je décroche une huitième place.

Maintenant, il est question de transfert. Ça change notre organisation habituelle puisque nous n’aurons pas nos kinés avec nous. Alors on fait tout pour tenter de récupérer avant d’arriver à l’hôtel. On se met notamment des bas de contention, on doit bien s’hydrater… Et puis des kinés vont nous attendre à Nice. Ce ne sont pas nos kinés habituels puisque ceux qui sont d’habitude avec nous effectuent leur transfert en bateaux. L’équipe met alors tout en œuvre pour qu’on soit pris en charge dès notre arrivée. Surtout que la journée de mardi est très importante.

C’est la première journée du Tour où il peut y avoir des écarts significatifs et où certains peuvent perdre du temps. C’est à nous d’être forts collectivement. Alors pour être en harmonie sur une telle épreuve, on profite des stages et, surtout, on fait tout pour ne pas perdre de temps. Il faut alors une bonne homogénéité et harmoniser les efforts entre ceux qui aiment le contre-la-montre et les autres. A titre personnel, c’est un exercice que j’apprécie. On fera tout pour mettre John Gadret et Jean-Christophe Péraud dans des bonnes conditions. Surtout que la Corse s’est très bien déroulée pour nous puisque nous n’avons pas eu de pépin. »

A lire aussi :

>> Prudhomme : « Ajaccio – Calvi ? Une des plus belles étapes de l’Histoire du Tour »

>> Gerrans, la victoire de l’expérience

>> Guimard : « Rolland ne peut pas avoir d’ambitions au général »