RMC Sport

Pinot simple héros !

Thibaut Pinot

Thibaut Pinot - -

A 22 ans, Thibaut Pinot (FDJ-BigMat), le benjamin du peloton, a remporté ce dimanche à Porrentruy la première victoire française sur le Tour de France 2012 qu’il ne devait pas disputer. Un exploit qui en appelle d’autres.

En ce jour de saint Thibaut, le bien-nommé Pinot a réalisé un formidable numéro lors de la 8e étape du Tour de France, à Porrentruy (Suisse). Le benjamin du peloton du Tour de France (22 ans) avait quelque chose à fêter au lendemain du passage dans sa commune de naissance, Melisey (Haute-Saône). Et il l’a fait avec un talent exceptionnel. Rien ne le prédisposait pourtant à briller aussi vite sur le Tour de France. A l’instar des jeunes sprinteurs Nacer Bouhanni et Arnaud Démare, restés à la maison bien que respectivement champion et vice-champion de France, Marc Madiot, le directeur sportif de la FDJ, avait prévu de ne pas sélectionner ce talentueux grimpeur pour la Grande Boucle. Son intronisation était initialement prévue lors du Tour d’Espagne.

Mais le forfait d’Arnold Jeannesson a redistribué les cartes qu’il a parfaitement abattues dans les montagnes russes du Jura suisse ce dimanche. « Il a fait un sacré numéro, admire Sandy Casar, son équipier chez FDJ. Ce matin, il ne devait pas bouger mais il en avait envie. Il est resté toujours devant. Dans le final, il a montré qu’il était très fort. C’est son premier Tour et gagner comme ça, c’est formidable. Il va en gagner d’autres. C’est un grand champion. » Après une longue et mouvementée mise en route, le benjamin du peloton est parti en contre avec une vingtaine de coureurs derrière le Suédois Fredrik Kessiakoff (Astana), parti seul en tête. Après avoir bénéficié de l’aide de Jérémy Roy, son coéquipier, il a surclassé la concurrence.

Madiot : « Il a tellement insisté pour faire le Tour… »

Un temps accompagné par Tony Gallopin, un autre espoir, il a pris seul les commandes de l’étape au sommet du col de la Croix (1e catégorie) avant de résister au vent contraire et au retour fulgurant du groupe maillot jaune. Le tout sous les cris hystériques d’un Marc Madiot en transe dans sa voiture… « Marc ne voulait pas m’emmener au Tour de France pour me protéger mais j’ai insisté, rappelle le héros du jour. Si j’y allais, c’est que j’étais sûr de moi, je montre que j’ai ma place. » Madiot jubile : « Ce sont des moments qu’on a envie de vivre. Je savoure pleinement. Ça n’arrive pas souvent. Il n’était pas prévu sur le Tour de France même si dans un coin de la tête, on pensait éventuellement à le mettre. Il a tellement insisté et comme il était en forme sur le Tour de Suisse, on s’est dit ‘’banco, on y va !’’ »

La performance de ce pur grimpeur ne devrait pas rester sans lendemain. Si à 22 ans, le meilleur ami d’Arthur Vichot a signé la plus belle victoire de sa carrière, Thibaut Pinot, désormais 13e du classement général, n’en n’est pas à son coup d’essai. Depuis son passage chez les professionnels il y a deux ans, il a remporté le Tour d’Alsace, le Semaine lombarde et deux étapes du Tour de l’Ain dont une au sommet du Grand Colombier que le peloton du Tour de France empruntera dans trois jours. « Il peut avoir deux objectifs : le maillot blanc et celui du meilleur grimpeur, prédit Cyrille Guimard. Il n’est qu’à 5 points de Kessiakoff. C’est un objectif qu’il peut atteindre rapidement. » On pourrait donc revoir le benjamin du peloton très rapidement.

Le titre de l'encadré ici

Julien Pinot : « Mes parents sont très émus »|||

Julien Pinot, entraîneur chez FDJ-Big Mat et frère de Thibaut, a vécu avec beaucoup d’émotion la victoire de son frère lors de la 8e étape, ce dimanche :  «Il a mis la pression auprès de tout le staff, même moi. Tout le monde était, au départ, plus pour qu’il fasse la Vuelta. Mais comme il a toujours montré jusque maintenant, il force les portes, a-t-il déclaré. Il va être encore plus libéré pour la fin du Tour. Demain, lors du contre-la-monte, avec toute la famille et les gens qui vont le pousser, il ne va pas sentir les pédales. Il va faire un beau contre-la-montre. L’objectif du Tour de France est rempli. Tout ce qui vient après sera du bonus. Plus de prise de tête. Il y a beaucoup d’émotion, on ne s’attendait pas à ça ce matin ni au départ du Tour. J’ai appelé mes parents qui étaient très émus. »

Nicolas Couet avec GQ, PYL, RP