RMC Sport

Sean Kelly : « C’est fini pour les autres sprinteurs ! »

Le maillot vert ne devrait plus quitter Sagan.

Le maillot vert ne devrait plus quitter Sagan. - -

Quatre fois vainqueur du maillot vert (1982, 83, 85 et 89) et lauréat de cinq étapes sur le Tour de France, l’Irlandais Sean Kelly, aujourd’hui âgé de 57 ans, a jeté son œil d’expert sur la victoire de Sagan. Et la lutte fratricide que se livrent les autres as du sprint pour le maillot vert.

Sean, quel coup de maitre réalisé par Peter Sagan et ses coéquipiers de Cannondale !

Oui. C’est devenu une étape compliquée au fil de la journée car ce matin, en regardant ce matin le profil de l’étape, personne n’aurait imaginé un tel scénario. Et qu’il y aurait autant de dégâts. Les Cannondale ont pris la course en main. Quand ils sont arrivés dans le grimpeur de 2e catégorie (le col de la Croix de Mounis), ils ont fait exploser tout le peloton. Et surtout les sprinteurs. Derrière, ils ont continué à rouler toute la journée. C’est bien joué.

Vous qui êtes spécialiste du sprint, que vous inspire cette grosse densité de spécialistes présente cette année sur le Tour, avec Sagan, Cavendish, Greipel, Kittel ou encore Degenkolb, pour ne citer qu’eux ?

C’est très ouvert. Dès la 1ère étape en Corse, ils sont plusieurs comme Cavendish et Greipel à avoir raté l’occasion. Les jours d’après, c’était encore compliqué. Sagan l’a constaté. C’est pour cela qu’il a demandé à son équipe de prendre la course à son compte. Ca a marché. Ils ont gagné l’étape et pris beaucoup d’avance pour le maillot vert. Je pense d’ailleurs que c’est fini pour les autres sprinteurs qui devront se concentrer uniquement sur une victoire d’étape.

Vous qui êtes britannique, que vous inspire Cavendish ?

Mark a joué de malchance, dès la 1ère étape où il a été pris dans une chute. Hier (jeudi), pareil, il a chuté à 25 bornes de l’arrivée et a dû fournir un effort important pour revenir sur le peloton. Quand tu perds deux occasions de marquer un maximum de points pour le maillot vert, ça devient très compliqué. Dans ces conditions, ça va devenir très dur pour lui de viser le maillot. Il va prendre un grand coup au moral. Lui comme les autres sprinteurs, d’ailleurs.