RMC Sport

Tour de France 2021: Prudhomme présente les temps forts du parcours

Le parcours du Tour de France 2021 a été dévoilé ce dimanche. Pour RMC Sport, le directeur de l'épreuve Christian Prudhomme présente en détail ce tracé qui proposera moins de montagne mais plus de contre-la-montre que par le passé.

Christian Prudhomme, quels seront les grands moments du Tour de France 2021?

Le premier grand moment sera le départ de Bretagne. Il était initialement prévu pour 2022. Mais au cœur de l’été, avec les changements provoqués par la pandémie et de calendrier sportif, et l’impossibilité pour Copenhague de nous recevoir à ce moment-là, la Bretagne a accepté d’organiser ce Grand Départ 2021. Il y aura quatre étapes bretonnes. Les deux premières seront faites pour les puncheurs comme Peter Sagan, le Suisse Marc Hirschi et l’actuel champion du monde Julian Alaphilippe, je ne crois pas que ce soit arrivé souvent, peut-être même jamais. Nous avons dû reconstruire la première semaine du Tour de France.

Quand on part de Brest, il y a évidemment un peu plus de kilomètres pour arriver au pied des cols. La première semaine sera faite d’une alternance avec des étapes pour puncheurs et sprinteurs. Il y aura le retour d’un grand contre-la-montre, puis la traversée du Morvan, une arrivée au Creuzot et puis les Alpes. Il y aura une étape 100% Vaucluse avec, pour la première fois de l’histoire du Tour, deux fois l’ascension du Ventoux. La volonté est de mettre en avant tout le massif, en faisant en sorte aussi de mieux répartir les spectateurs qui ont été parfois trop enthousiastes. Il y aura ensuite cinq étapes dans les Pyrénées : deux pour les baroudeurs et trois pour les favoris du classement général, avec l’ascension du Col de Portet le 14 juillet et le lendemain la montée vers Luz Ardiden après le Tourmalet.

Il y aura un deuxième contre-la-montre de 31 kilomètres. Deux chronos individuels dans le même Tour, ce n’est plus arrivé depuis 2017. Et quasiment 60 kilomètres de contre-la-montre, ce n’est plus arrivé depuis 2013.

Il est important pour vous de revenir à Tignes, qui n’avait pas pu accueillir l’arrivée qui lui était promise en 2019 à cause d’un orage de grêle monstrueux?

J’avais promis au maire de Tignes de revenir le plus tôt possible. Nous avions des engagements pour 2020, pas pour 2021. C’est avec grand plaisir que nous finirons une étape de montagne à Tignes. Je ne doute pas qu’il y aura cette fois un vainqueur. Ce sera une courte étape de montagne avec cinq ascensions répertoriées dont le très rude Col du Pré. Les coureurs iront chercher les pourcentages les plus rudes de la montée finale sous le barrage de Tignes.

Avez-vous prévu des solutions de rechange si le Tour ne peut pas aller à l’étranger alors qu'une arrivée est prévue en Andorre?

On ne va pas faire de plans sur la comète. On souhaite tous évidemment avoir à nouveau une vie normale, et le plus vite possible. On a fait les trois semaines de Tour de France cette année alors qu’on nous expliquait qu’il n’y aurait pas de Tour de France. Je souhaite que ça aille mieux pour le pays et le monde entier. Une arrivée est prévue en Andorre. J’espère simplement que l’édition du Tour 2020 restera singulière.

Pourquoi avoir fait le choix de proposer deux contre-la-montre individuels?

Il y a un aspect pragmatique. Quand on part de Brest pour arriver au pied des montagnes, il y a quelques centaines de kilomètres. Pour faire en sorte de varier au maximum, on met des étapes pour puncheurs et baroudeurs. On peut aussi mettre des contre-la-montre. C’est ce qui s’est produit. Nous ne sommes pas venus en Mayenne depuis 22 ans, le pays des frères Madiot et de Jacky Durand. Il y avait une volonté d’arriver de manière marquante. Ce sera fait avec un contre-la-montre de 27 kilomètres, qui s’ajoutera à celui de la fin du Tour dans les vignes entre Libourne et Saint-Emilion.

Pourquoi avoir décidé de faire retrouver le Ventoux au peloton?

Les derniers passages du Tour de France au Ventoux ont été mouvementés. On a tous en mémoire les images de Christopher Froome à pied en 2016. Le Ventoux est un sommet de légende du Tour, on n’avait pas envie de le laisser de côté. On veut le montrer sous toutes les coutures avec deux ascensions : l’une par Sault, la plus longue et la moins raide, l’autre par Bedoin. En 2020, on a souvent vu des équipes emmener leur leader jusqu’à 800 mètres des sommets et il fallait attendre les 800 derniers mètres pour avoir une attaque.

Quitte à attendre les 800 derniers mètres d’ascension, autant que ce ne soit pas tout de suite l’arrivée. C’est pour ça qu’il y aura un équilibre pour les six étapes de montagne avec trois arrivées au sommet et trois arrivées après le franchissement du dernier col. On veut aussi répartir au mieux le public sur cette étape 100% Vaucluse pour que les champions puissent s’exprimer pleinement avec une foule à la fois enthousiaste et sage.

Quelles qualités seront essentielles pour espérer remporter ce Tour?

Il faudra être particulièrement attentif. Il y aura des possibilités de bordure dès la première étape. Il pourrait y en avoir également dans l’Indre puisqu’il y aura 75 kilomètres à découvert avant d’arriver à Châteauroux, et sur la route de Valence avant le Ventoux. Certains coureurs pourraient se déconcentrer, ça pourrait leur coûter cher. On peut perdre le Tour tous les jours. Il faudra faire attention à ça. Il peut toujours y avoir une surprise au dernier moment. Le rêve serait d’avoir comme en août dernier une grosse surprise lors du dernier contre-la-montre. 

Morgan Maury