RMC Sport

Tour de France: Bernaudeau calme le jeu après la colère de Calmejane

Septième à l'issue d'une étape qui se déroulait sur ses terres lors du Tour de France 2018, Lilian Calmejane est apparu en pleurs en interview et fustigeait la tactique de la Trek-Segafredo. Mais son directeur sportif, Jean-René Bernaudeau, a tenu à calmer la polémique.

A la fin de l'étape, Lilian Calmejane a fustigé la tactique de certaines équipes et notamment de la Trek-Segafredo. Le coureur français reprochait à cette équipe d'avoir cherché à le faire perdre, après un différend avec Skujins lors de la 5e étape du Tour de France 2018.

Bernaudeau: "Si on avait été deux dans l'échappée, on aurait fait la même chose"

Interrogé par RMC Sport, Jean-René Bernaudeau a livré un autre point de vue sur cette étape et a calmé la polémique lancée par son coureur: "Quand on voit les images, il (Calmejane) n’a pas voulu laisser partir les équipes qui avaient deux coureurs. Ça s’est joué d’un rien avec des équipes qui avaient de grands rouleurs. Il a vu en 5 secondes qu’il venait de perdre une étape du Tour de France à 7-8 kilomètres de l’arrivée. On savait que dans le final il y aurait des attaques, il était très concentré. Il ne peut pas en vouloir à la tactique de la Trek et de Mollema. Si on avait été deux dans l’échappée, on aurait fait la même chose. Ce qui le rend déçu, c’est qu’il savait qu’il fallait chercher les trois coureurs, il a eu un petit moment d’hésitation. Je pense que c’est ça qui le rend malheureux."

Guimard: "Vous ne devez pas laisser sortir le troisième coureur"

Cyrille Guimard a également listé les erreurs de Lilian Calmejane aujourd'hui en début d'étape et dans le final: "Il y a plusieurs erreurs de faites, assure le membre de la Dream Team RMC Sport. Lilian a faussé compagnie au reste de l’échappée alors que ce n’était pas son rôle de le faire. Dans le final, avec huit coureurs en tête dont trois équipes représentées par deux coureurs. Quand on a ce type de situation, il faut garder une équipe prisonnière avec vous. Vous pouvez laisser sortir deux coureurs mais vous ne devez pas laisser sortir le troisième. Si vous les laissez partir, ils se retrouvent à trois et c’est fini. Si éventuellement vous arrivez à revenir sur les trois de devant, les trois équipiers de ceux qui sont partis pourraient contrer. Je ne sais pas ce qu’il reproche à Mollema. Il a le droit d’attaquer."

RT avec YP, PYL, GQ et JFP