RMC Sport

Tour de France: Chris Froome a-t-il fait exprès de perdre le jaune?

Incapable de suivre ses rivaux à l’arrivée à Peyragudes, Chris Froome a perdu cher lors de cette 12e étape du Tour de France, à commencer par son maillot jaune. Alors que les Sky ont verrouillé la course, le Britannique a-t-il fait exprès de perdre pour mieux contrer ses concurrents dès vendredi ? La question a été posée aux membre de la Dream Team RMC Sport.

Chris Froome défaillant sur les routes du Tour de France. L’image est suffisamment rare pour être signalée. Personne ne s’attendait à voir le coureur Sky, à la dérive lors des derniers mètres, perdre son maillot jaune à l’arrivée à Peyragudes lors d’une fin de 12e étape épique remportée par Romain Bardet.

>> Revivez la 12e étape

Guimard :"Si c’est une fringale, demain il va voltiger!"

Une défaillance qui interpelle alors que son équipe avait parfaitement contrôlé la course. Et si le triple vainqueur du Tour l’avait fait exprès pour mieux surprendre ses adversaires? "On peut se poser la question, reconnait Cyrille Guimard, membre de la Dream Team RMC Sport. Mais moi je m’en pose une autre: est-ce qu’il ne se serait pas fait un gros coup de fringale dans le final? La façon dont il s’est écrasé dans le final ressemble un peu à ça. La question est de savoir si Aru et Bardet qui sont les deux principaux adversaires de Froome ne vont pas regretter de ne pas avoir fait la mise à mort plus tôt. Si c’est une fringale, demain il va voltiger! Quand on sait tout le temps qu’on peut reprendre à quelqu’un qui se retrouve en hypoglycémie, il fallait l’attaquer. Ou au moins le tester. Mon explication, c’est soit une fringale ou il a dit: "Je vous laisse vous amuser et demain je vais vous mettre une correction." Le coup de fringale me paraît plausible."

Pineau: "Il n’a plus le gaz"

"Il a pété, il a coincé, poursuit Jérôme Pineau qui ne croit pas à une fringale. Là, ce fut très bref, comme une fringale subite. Il aurait dû péter avant. C’est assez étonnant. Il n’a pas su changer de rythme. A travailler le rythme régulier à haute intensité, Chris Froome n’a plus le gaz. L’an dernier, à Andorre, il avait attaqué avec un gros braquet. Là, il n’a plus la giclette. Sur des pentes à 18%, il n’a pas pu suivre Martin, Bardet ou Aru." 

A lire aussi>> Tour de France: Voeckler raconte sa "petite apparition" dans Plus Belle La Vie