RMC Sport

Tour de France: comment la Sky a largué Martin et Contador

Sky

Sky - AFP

Avec l’écart qui se resserre entre le vainqueur du jour Michael Matthews et Marcel Kittel au classement du Maillot vert, c’est l’autre évènement marquant de la 16e étape : la bordure provoquée par les coéquipiers de Chris Froome. Elle a fait très mal à Dan Martin et a botté Alberto Contador hors du top 10.

La science et l’effet rouleau-compresseur de l’équipe Sky ont encore fait des dégâts ce mardi entre Le Puy-en-Velay et Romans-sur-Isère. Michael Matthews l’a emporté, avec un joli numéro de ses équipiers de Sunweb pour bousculer le porteur du Maillot vert, Marcel Kittel (Quick Step). Mais la team britannique a aussi fait le show dans les derniers kilomètres.

La Sky frappe, Martin trépasse

On est à 15 kilomètres de l’arrivée quand la Sky passe à l’action dans le groupe de tête : le coup de la bordure prend forme, et il est dévastateur. Romain Bardet (AG2R) est mal embarqué. Le Français voit Christophe Froome et les siens s’envoler. Heureusement, son équipier Oliver Naesen l’aide à se remettre dans la même roue que le leader. Après la course, Bardet confiera qu’il a eu très peur sur ce coup-là.

Dan Martin (Quick Step), lui, n’a pas résisté. L’Irlandais a complètement décroché sur cette bordure provoquée par Sky. Il n’est pas parvenu à revenir et a finalement franchi la ligne d’arrivée avec 50 secondes de retard. Louis Meintjes (UAE) a aussi lâché prise. C’est encore pire pour Alberto Contador (Trek). Déjà distancé, l’Espagnol n’a conclu l’étape que dans un 3e groupe. Il sort du top 10 au classement général. El Pistolero avait tenté lui-même un coup de bordure plus tôt... pour un résultat catastrophique.

Trop seul, trop fatigué, Martin a explosé

Martin chute de la 5e à la 7e place. Il accuse désormais 2’03 de retard sur Chris Froome. Au micro de RMC Sport, le triple vainqueur de la Grande Boucle a bien sûr remercié la team Sky. L’attaque a fait peur à Romain Bardet et a repoussé Martin juste avant le chapitre alpin, où ce Tour va se jouer : "On savait que ça allait casser à un moment. Je suis encore très reconnaissant envers mes équipiers. On a décidé, à 20 kilomètres de l’arrivée, que c’était le moment d’aller à fond, avec une grande route bien ouverte aux vents et un virage à droite. (...) L’équipe a fait un super boulot."

Cyrille Guimard analyse cette bordure qui a fait mal à l’Irlandais : "Dan Martin a été piégé pour deux raisons. D’abord, une partie de son équipe était avec Kittel derrière. Il était un petit peu dépourvu d’équipiers dans le final. Mais quand on a vu sa tête… Je pense qu’il n’avait pas les jambes pour être sûr de rester dans la première bordure." Jérôme Pineau insiste aussi sur l’absence des meilleurs spécialistes des bordures, côté Quick Step, autour de Dan Martin : "Quand il te manque la moitié de ton équipe et notamment les plus gros rouleurs et ceux capables de créer une deuxième bordure, tu te fais piéger, tu subis et tu finis par péter."

Beau joueur, Chris Froome assure être "sincèrement désolé pour Dan" et assure que le grimpeur "sera toujours à surveiller dans les deux prochains jours". Le Maillot jaune, parfaitement épaulé par son équipe, semble quand même avoir éliminé un concurrent avant de s’attaquer aux Alpes.

A lire aussi >> Guimard: "L’affaire Kittel-Matthews peut se régler sur les Champs"

A lire aussi >> Tour de France: pour Bardet, tout se jouera à l'Izoard

Nicolas Bamba