RMC Sport

Tour de France : la 12e étape elle est pour… Romain Bardet

-

- - AFP

Pas vraiment reposés par l’étape animée de mercredi entre Carcassonne et Montpellier, les coureurs se présentent ce jeudi au pied Mont Ventoux. La 12e étape, raccourcie par les organisateurs en raison des conditions météo, pourrait bien être l’occasion de voir Nairo Quintana à l’attaque.

Le petit cours d’histoire-géo du jour

Le Mont Ventoux, amputé de 6,5 km ce jeudi, devait juger l’arrivée de l’étape. Le Mont chauve a toujours été le lieu d’affrontements entre leaders du Tour. En 2009, Lance Armstrong y avait assuré sa troisième place au général pour son retour sur le Tour. En terminant dans la roue du leader de l’époque, Alberto Contador, et du maillot blanc Andy Schleck, l’Américain avait limité la casse. Quatre ans plus tard, Christopher Froome avait assommé ses poursuivants – Nairo Quintana en était déjà – en l’emportant en solitaire au sommet du Mont Chauve. C’était déjà un 14 juillet, ça promet.

>> A lire aussi : Tour de France : l'étape du Mont Ventoux raccourcie à cause du vent

Le nombre de bornes que les courageux vont se fader

Au départ de Montpellier, les coureurs auront (184 – 6,5) 177,5 km à parcourir. Avant d’entamer l’ascension du (bas du) Mont Ventoux, ils pourront admirer les jolis paysages de la région, en passant notamment par Saint-Rémy-de-Provence. A 40 km de l’arrivée, une première difficulté s’offrira au peloton sur la côte de Gordes (4e cat.), immédiatement suivie du col des Trois Termes (3e cat.) puis les coureurs se dirigeront vers Bédoin pour s’expliquer jusqu’au Chalet Reynard. Lieu (adapté) de l’arrivée de l’étape.

>> A lire aussi : Tour de France : beaucoup de vent, des Français en retrait et le show Sagan-Froome... ce qu'il faut retenir de la 11e étape

Le favori qu’on va surveiller aujourd’hui

Ce mercredi, au terme d’une tactique osée mais efficace de la Sky, Christopher Froome a encore gagné du temps sur Nairo Quintana (12"). Assez discret depuis le début du Tour, le Colombien sera attendu ce jeudi sur les pentes du col des Trois Termes puis de la montée du Mont Ventoux en passant par Bédoin. Avec 35 secondes de retard, le coureur de la Movistar peut se rapprocher du leader au classement général. Il faudra scruter les mouvements de Quintana à qui il reste dix jours pour aller titiller le maillot jaune.

La grosse cote pour la victoire d’étape

Certes, la dernière victoire française un 14 juillet remonte à David Moncoutié. En 2005, autant dire une éternité. Pour vous dire, à l’époque, les épaules de Lance Armstrong arboraient encore du jaune. Le parcours devrait pourtant plaire à Romain Bardet (6e, à 56")ce jeudi. Le coureur d’AG2R La Mondiale pourrait se joindre au duo Froome-Quintana en cas d’explication. A lui de saisir l’opportunité de s’extirper à temps et de les laisser régler leur affaire. Pour, enfin, voir un Français triompher le 14 juillet.

>> A lire aussi : Tour de France (11e étape) : mais pourquoi Froome a-t-il attaqué dans le final?

F.P.