RMC Sport

Tour de France : la 4e étape, elle est pour… Peter Sagan

Peter Sagan

Peter Sagan - AFP

Coincée entre une nouvelle victoire de Mark Cavendish et le début de la montagne, la 4e étape du Tour de France entre Saumur et Limoges est la plus longue de cette 103e édition (237,5 km). L’arrivée pourrait encore une fois s’adjuger au sprint, à moins qu’un puncheur ne se détache à une dizaine de kilomètres de l’arrivée.

Le petit cours d’histoire-géo qu’on va avoir aujourd’hui

Ville-départ en 1970, Limoges accueille une arrivée d’étape du Tour de France pour la première fois depuis 2000. A l’époque, le coureur français Christophe Agnolutto (AG2R) s’était imposé au terme d’une échappée solitaire de 128 kilomètres ! Un scénario d’un autre temps. Au rayon histoire toujours, lundi, Mark Cavendish a rejoint Bernard Hinault au deuxième rang des vainqueurs d’étapes sur la Grande Boucle. Avec 28 succès au compteur, le sprinteur britannique tentera de dépasser le Blaireau ce mardi pour se rapprocher du recordman Eddy Merckx (34 victoires entre 1969 et 1977).

A lire aussi >> Tour de France (3e étape) : Et de deux pour Cavendish

Le nombre de bornes que les courageux vont se fader

Le peloton va s’élancer depuis Saumur pour parcourir 237,5 kilomètres ce mardi. La plus longue étape de ce Tour 2016 est coincée entre une 3e étape qui s’est disputée sur un rythme de sénateurs et une 5e étape qui pourrait marquer le début des choses sérieuses avec une demi-douzaine de cols répertoriés. Ce mardi, les coureurs vont quitter le Maine-et-Loire, traverser la Vienne pour finalement arriver à Limoges. Au programme, une première moitié de parcours relativement plate avant une seconde partie plus bosselée. Le peloton devra notamment passer la côte de la Maison Neuve (une montée d’1,2 km à 5,6%) et la bosse du Palais-sur-Vienne. Située à 10 km de la flamme rouge, cette dernière difficulté longue d’1,5 km présente des pourcentages autour de 8-9%, de quoi casser les jambes en fin de journée…

Le favori qu’on va surveiller aujourd’hui

Après avoir chuté sur les deux premières étapes du Tour de France, Alberto Contador a réussi à rallier l’arrivée lundi sans tomber. Une première dans cette 103e édition. Mais le leader de la formation Tinkoff souffre particulièrement du mollet gauche. Si le grimpeur espagnol n’a pas perdu de temps lundi, il n’a passé la ligne d’arrivée qu’en milieu de peloton, loin derrière les autres favoris à la victoire finale. Avec déjà 48 secondes sur Froome (Sky), Quintana (Movistar), Aru (Astana) et consorts, Alberto Contador expliquait lundi que les séquelles de ses chutes étaient vives. Pas assez pour envisager un abandon mais suffisamment pour surveiller de près la condition du coureur de 33 ans ce mardi, à la veille de l’arrivée dans le Massif Central.

A lire aussi >> Tour de France (2e étape) : Contador chute encore

La grosse cote pour la victoire d’étape

Malgré un final bosselé, cette 4e étape semble promise aux sprinteurs. Deuxième lundi après la victoire au photo-finish de Mark Cavendish (Dimension Data), André Greipel (Lotto Soudal) peut s’imposer mardi mais le profil légèrement accidenté pourrait surtout sourire à Peter Sagan (Tinkoff). La dernière bosse se situe à une dizaine de kilomètres de l’arrivée et le champion du monde slovaque est le mieux armé pour attaquer le sprint sans avoir perdu beaucoup d’énergie. Après avoir collectionné les places d’honneur sur les deux précédentes éditions, Sagan a déjà gagné sur ce Tour 2016 et, à Limoges, il pourrait remporter la 6e victoire d’étape de sa jeune carrière sur la Grande Boucle.

A lire aussi >> Tour de France : Qui sont les favoris pour le maillot vert ?

ADS