RMC Sport

Tour de France : la troisième étape, elle est pour... Mark Cavendish

-

- - -

Après une arrivée réservée aux costauds à Cherbourg, où Peter Sagan a mis fin à trois ans de disette pour lui sur le Tour, le peloton va parcourir la troisième étape la plus longue du parcours entre Granville et Angers, en forme de boulevard pour les purs sprinteurs.

Troisième étape du Tour de France déjà ce lundi, et troisième occasion pour les spécialistes du sprint de briller. Car même si l’arrivée à Cherbourg était davantage promise à un puncheur, ce que Peter Sagan n’a pas manqué de confirmer, le profil on ne peut plus plat de ce trait d’union entre Granville et Angers (223,5 km) promet une belle bataille entre les Cavendish, Kittel, Greipel et Sagan.

A lire aussi >> Tour de France - Sagan allume le peloton : "Certains ne savent pas faire du vélo"

Le petit cours d’histoire-géo qu’on va avoir aujourd’hui

C’est avec une pointe de nostalgie que le peloton va parcourir les derniers hectomètres au cœur de la Manche ce lundi. Et petit clin d’œil à l’histoire du Tour, la dernière commune manchoise qui sera traversé par les 198 coureurs, à savoir les Loges-Marchis, demeure celle où Greg LeMond (GAN) a mis pied à terre lors de son dernier Tour de France en 1994, abandonnant lors de la 6e étape d’une édition remportée par le grand Miguel Indurain. Le peloton traversera ensuite la Mayenne, en passant par les villages de Ballots, où a grandi Jacky Durand, trois fois vainqueur d’étape sur la Grande Boucle, puis à Renzé, le fief des frères Yvon et Marc Madiot. Direction Angers enfin, la préfecture du Maine-et-Loire (49), ville-étape sur le Tour pour la 19e fois, et qui permettra au lauréat de l’étape du jour, de fêter son succès au Cointreau, qui fait partie des spécialités locales.

A lire aussi >> Tour de France (2ème étape) : Sagan vainqueur... sans le savoir

Le nombre de bornes que les courageux vont se fader

Deuxième plus longue étape de cette 103e édition du Tour de France, ce périple entre Granville et Angers est tout sauf un cadeau pour les 22 équipes. D’autant que les 223,5 kilomètres parcourus ce jour, le seront sans réel obstacle, puisque seule une côte, celle de Villedieu les-Poêles, répertoriée en quatrième catégorie sera franchie au kilomètre 25,5, avant de passer un sprint intermédiaire à une cinquantaine de bornes de l’arrivée à Bouillé-Ménard le bien nommé. Avis donc aux amateurs de sieste devant le tour, vous tenez-là une occasion rêvée de piquer du nez.

L’équipe qui va bien montrer son sponsor à la télé

Comme pour rendre hommage à leur directeur sportif, régional de l’étape, les coureurs de la FDJ auront à cœur de faire un petit cadeau à Marc Madiot. Anthony Roux pourrait par exemple prendre l’initiative de participer à l’échappée du jour, à moins qu’en l’absence d’Arnaud Démare sur cette Grande Boucle, le champion de France Arthur Vichot ne se mue en vainqueur surprise au sprint à Angers.

Le favori qu’on va surveiller aujourd’hui

Il est évidemment le même que dimanche, et pour les mêmes raisons. Alberto Contador (Movistar), qui donne l’impression d’être pour l’instant le chat noir de ce Tour, avec deux chutes en deux jours, dont une très lourde lors de la première levée, avec de grosses contusions à l’épaule et au genou droit, sera à surveiller. Son état n’est pas alarmant pour le moment, et il n’a concédé aucune seconde sur ses principaux rivaux pour la victoire finale. Même si le double vainqueur espagnol de l’épreuve (2007, 2009), s’était dit « inquiet » avant l’étape de dimanche.

A lire aussi >> Tour de France (2e étape) : "très touché", Contador a encore vécu une sale journée

La grosse cote pour la victoire d’étape

Si le vrai favori du jour reste le premier vainqueur d’étape et premier maillot jaune sur ce Tour 2016, à savoir le Britannique Mark Cavendish (Dimension Data), au milieu de l’armada allemande des Kittel (Etixx-Quick Step) et Greipel (Lotto Soudal) notamment, notre favori se trouve ailleurs. Et parce que le chauvinisme ne tue pas, surtout au lendemain d’une belle victoire des Bleus à l’Euro face à l’Islande (5-2), notre grosse cote se nomme Bryan Coquard (Direct Energie). Sa cote est aux alentours de 20 chez les bookmakers, et il a terminé 7e du sprint à Utah Beach.