RMC Sport

Tour de France: LeMond note des signes encourageants et ne croit pas au dopage

Greg LeMond, triple vainqueur du Tour de France, ne trouve pas suspectes les performances des Jumbo-Visma et de Primoz Roglic sur l'édition 2020.

Les performances de Primoz Roglic, de son équipe Jumbo-Visma ou de Tadej Pogacar sur le Tour de France 2020 suscitent de nombreuses interrogations. Mais pas chez Greg LeMond. L'Américain, triple vainqueur du Tour de France (1986, 1989 et 1990), trouve des signes encourageants qui pourraient écarter la suspicion du dopage parmi les meilleurs du peloton actuel. 

"Je ne vois pas des choses illogiques"

"C'est toujours normal de douter et de s'interroger, explique-t-il dans Le Parisien. C'est même sain. On ne peut pas me reprocher de ne pas l'avoir fait quand il le fallait. Franchement, je vois des choses qui me disent que ça va dans le bon sens."

"Je vois des coureurs qui ne roulent pas toute la journée, restent à l'abri et qui ne sont pas devant tout le temps comme à une certaine époque, sans jamais fléchir, explique-t-il. A l'arrivée, ils semblent vraiment fatigués, c'est bon signe. Le rythme de pédalage des coureurs me semble aussi plus normal: les gars se font vraiment mal. Concernant la vitesse, je ne vois non plus de choses illogiques. Je ne dis pas tout va bien mais je vois beaucoup de signes encourageants."

"La domination de Jumbo-Visma n'est pas si hégémonique que celles des équipes d'avant"

Pour lui, le train impressionnant imposé par la Jumbo-Visma en tête du peloton n'est pas comparable à ceux de l'US Postal à l'époque de Lance Armstrong et des Sky/Ineos lors de leur hégémonie récente sur le Tour. "C'est très différent, assure l'Américain. A leur époque, ces équipes contrôlaient tout du début à la fin, sans rien laisser aux autres. Pas les Jumbo qui ont surtout les meilleurs coureurs du peloton. Leur domination contrairement à ce qu'on voit n'est pas si hégémonique que celle des équipes d'avant. Et je préfère ça."

Par le passé, Greg LeMond avait fustigé Lance Armstrong après ses aveux de dopage. En 2013, il s'était également interrogé sur les performances de Christopher Froome. "J’espère qu’il n’est pas dopé, avait-il confié. Je n’aime pas me poser des questions comme ça et j’ai envie d’y croire. On peut faire des exploits spectaculaires sans se doper." C'est ce qu'il pense de ce Tour 2020.

NC