RMC Sport

Tour de France : les Sky et Chris Froome en plein film d’espionnage

L'équipe Sky et son leader Chris Froome

L'équipe Sky et son leader Chris Froome - AFP

Manager de l’équipe Sky, Dave Brailsford a profité du jour de repos pour rendre public le piratage et le vol de données d’entraînement de son leader Chris Froome. Une révélation faite pour calmer les éventuelles suspicions qui pourraient découler de cette affaire.

Les Britanniques adorent les films d’espionnage. Sauf lorsque le mauvais polar les touche directement. Demandez donc à Sky et Chris Froome. Manager de la formation du maillot jaune, Dave Brailsford a profité de la journée de repos à Pau, ce lundi, pour rendre publique une drôle d’histoire de piratage informatique. Le pitch du mauvais film ? Les données personnelles d’entraînement et de puissance de « Froomey », conservées dans un ordinateur de l’équipe britannique, auraient été volées par un « pirate ». De quoi possiblement alimenter certaines suspicions dans le milieu.

« Si Chris fait quelque chose de bien dans les Pyrénées, tout le Tour va se demander s’il n’est pas dopé, a expliqué Brailsford aux médias britanniques. Ça fait partie du jeu. On rediscutera encore du rythme de montée, de la physiologie, de la puissance… On a ce qu’il faut là-dessus mais on pense que quelqu’un a piraté nos données d’entraînement et a obtenu les fichiers de Chris. Notre équipe juridique est sur l’affaire. Pour convaincre les sceptiques que Chris ne se dope pas, les datas, c’est essentiel. » Persuadé que ces données volées vont être utilisées pour accuser son coureur, Brailsford prend même les devants : « D’un point de vue éthique et moral, si vous voulez accuser quelqu’un de dopage, alors vous ne devez pas tricher vous-même (sous-entendu en volant des données, ndlr). »

Froome : « Ceux qui interprètent les données, ce sont des clowns »

Il y a deux ans, au cœur d’une Grande Boucle dominée par Froome, Sky avait livré les données du futur vainqueur de la Grande Boucle à Fred Grappe, directeur de la performance de l’équipe FDJ et docteur en biomécanique et physiologie de l’entraînement sportif. Le spécialiste n’avait rien trouvé à redire. Le débat va-t-il de nouveau faire rage avec cette affaire de données piratées ? Possible.

Mais les déclarations de Brailsford permettent d’éteindre l’incendie avant même qu’il ne prenne. Ce qui fera bien plaisir à Froome, qui n’hésitait pas à évoquer la chose de façon véhémente ces dernières semaines dans les colonnes du Telegraph : « Ceux qui interprètent les données de puissance et disent : ‘‘Il a monté le Ventoux en 10 minutes donc il est dopé’’, ce sont des clowns. »

A.H.