RMC Sport

Tour de France : Nibali survole, Bardet et Pinot jouent le podium

-

- - -

Vainqueur vendredi au sommet de Chamrousse, Vincenzo Nibali a confirmé son maillot jaune et encore assommé la Grande Boucle. Troisième et quatrième au général, Romain Bardet et Thibaut sont en course pour un podium à Paris.

Pourquoi Nibali a « tué » la course

La mythologie du Tour aime la scénographie théâtrale. L’instant où l’encre qui écrit son histoire tourne à l’indélébile. Où le patron tape du poing sur la table. Pour Vincenzo Nibali, sur ce Tour 2014, il y a eu la Planche des Belles Filles. Il y aura aussi la montée de Chamrousse. A 6,6 kilomètres de l’arrivée, exactement, quand le requin de Messine a croqué ses rivaux d’une accélération. Derniers rescapés à ses côtés, Alejandro Valverde et Thibaut Pinot doivent plier. Ils ne reverront plus le maillot jaune. Au sommet, l’Italien signe sa troisième victoire d’étape sur ce Tour après Sheffield et la Planche. Cannibale, le Vincenzo. Malin sur les pavés, serein en moyenne montagne, fort sur les cimes. Il n’a plus qu’un seul équipier au pied de la montée finale ? Aucun stress visible. Valverde puis Pinot attaquent ? Il contrôle, reste dans leurs roues puis les dépose quand bon lui semble.

Au-dessus du lot, tout simplement. A se demander si les Froome et Contador, même en forme, auraient pu battre le bonhomme… « Nibali maîtrise totalement son sujet, confirme Cyrille Guimard, membre de la Dream Team RMC Sport. Il a encore joué sa carte avec beaucoup d’intelligence. Il a laissé Valverde et Pinot lancer des accélérations soutenues, est resté à l’abri, a attendu qu’ils baissent de régime puis il est sorti avec une relative facilité. Il n’a pas fait une différence énorme mais chaque fois qu’il faut enfoncer le clou, il sait se mettre hors de portée de ses adversaires et gérer. Il fait l’effort nécessaire et ne se met jamais en danger. » Intouchable jusqu’à Paris ? Sauf jour sans, ce qui peut toujours arriver, aucune raison d’imaginer ce Nibali-là craquer avec plus de 3'30'' d'avance sur son premier poursuivant. Après la Vuelta 2010 et le Giro 2013, l’Italien vole vers le triptyque des grands Tours. Personne ne paraît pouvoir l’arrêter.

Pourquoi Bardet et/ou Pinot doivent croire au podium

Un Français en bagarre pour le podium, c’est bien. Mais deux d’un coup, c’est encore mieux. Les jours passent et le duo confirme : Romain Bardet et Thibaut Pinot ont tout pour monter sur le podium à Paris. Le premier y est déjà, troisième à 4’24’’ de Nibali. Le second reste dans son ombre, quatrième à 16 secondes de son compatriote. Entre les deux, Chamrousse aura plutôt souri à Pinot. Premier des leaders à l’attaque dans la montée, il sera le seul – avec Nibali, bien sûr – à suivre Valverde quand ce dernier accélérera. Derrière, il gardera l’Espagnol dans sa roue, s’énervant même de son manque de collaboration avant de le voir le « flinguer » dans les derniers mètres. Bardet, lui, trouvera son rythme pour limiter les dégâts. Les deux auront surtout su profiter des circonstances de course pour faire passer par la fenêtre Richie Porte, largué dans la montée.

L’Australien distancé, seul Valverde sépare nos deux Français de Nibali. Alors, certes, ils sont très loin d’être les plus efficaces en contre-la-montre. Mais entre la deuxième journée dans les Alpes, samedi, et la traversée des Pyrénées, leurs qualités de grimpeurs ont de quoi consolider leur place au classement. Voire mieux. Faire sauter le maillot jaune ? Improbable. Valverde ? Beaucoup moins. Souvent, sur le Tour, la bataille pour terminer meilleur Français concerne une lointaine place d’honneur. Cette année, entre Bardet et Pinot, elle décidera du maillot blanc de meilleur jeune et certainement d’une place sur le podium. « Le maillot blanc ne peut plus leur échapper et c’est déjà formidable, estime Guimard. Maintenant, il faut aller chercher les places sur le podium. Ils ont les moyens de le faire. Il suffit d’y croire et de tout faire pour. » Et Marc Madiot, le manager de Pinot chez FDJ.fr, de conclure : « On n’est plus très loin des meilleurs mais ne pas avoir le maillot blanc ce soir n’est pas une déception. Mieux vaut l’avoir à Paris. » Thibaut ou Romain ? Faites vos jeux.

A lire aussi : >> Valverde n'a "pas pu suivre Nibali" >> Guimard : "Nibali maîtrise son sujet" >> Tour : les dix premiers contrôlés

Alexandre Herbinet