RMC Sport

Tour de France: Portal a "honte", Prudhomme veut "retrouver un public bienveillant" après les incidents

Malgré une grande sécurité présente sur les routes du Tour de France, les coureurs ne sont pas à l'abri. En témoignent la petite tape reçue par Christopher Froome (Sky) et la chute de Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida).

Jeudi, à l'occasion de l'étape menant le Tour de France à L'Alpe-d'Huez, Christopher Froome a été victime d'une tentative de coup de la part d'un spectateur tandis que Vincenzo Nibali a chuté dans la montée finale en raison d'un spectateur qui a accroché sa lanière d'appareil photo dans le guidon de l'Italien. Vainqueur au sommet et porteur du maillot jaune, Geraint Thomas a lui été copieusement sifflé à l'arrivée. Le directeur sportif de la Sky, le Français Nicolas Portal, parle d'un sentiment de honte tandis que Christian Prudhomme, directeur du Tour de France lance un appel à la sérénité.

Portal: "J'ai demandé pardon pour notre pays"

"J'ai eu ce sentiment de honte, explique Nicolas Portal au départ de la 13e étape ce vendredi. Quand les coureurs sont revenus dans le bus, je ne sais pas pourquoi, je leur ai demandé pardon pour notre pays. Ils m'ont dit que ce n'était pas grave. Cela m’a vraiment touché. Par le passé, quand des supporters n’étaient pas fans de nous, comme des gens dans la rue qui nous insultaient, c’était plus un sentiment de colère. Cela passe. La honte, c’est quelque chose de plus profond. Nous ne sommes pas comme ça, les Français."

Même si Christopher Froome a été victime d'une tentative d'agression, le directeur sportif de la Sky ne souhaite pas que la police soit dure avec le coupable: "Je ne sais pas si nous allons porter plainte. La police a fait son travail mais ce n’est pas très juste non plus d’être très, très dur avec lui. Des gens se sont battus pour qu’on soit libres. Je peux vous dire que certains ont été bien bien plus virulents que lui. Je ne serais pas très dur avec lui. En revanche, quand des gens nous balancent des choses, cela est puni pénalement. Il faut trouver le juste milieu et que les gens réalisent que ce n’est que du vélo."

Portal : "Le cyclisme ne doit pas devenir un sport avec des barrières"

Nicolas Portal admet également que le cyclisme doit rester avec cet esprit d'ouverture: "Il ne faut pas plus de sécurité. J’aimerais juste que les gens soient plus compréhensifs. Si on met plus de sécurité, cela ne résoudra pas le problème. Il faudrait plus de messages et que les gens comprennent que c’est dangereux ce qu’ils font. Il faut aussi comprendre qu’il y a un public normal. Des gens équilibrés qui adorent le vélo et qui viennent avec leurs enfants. Il ne faut pas que ça devienne un sport avec des barrières. Ce qui est génial, c’est que c’est un sport gratuit et il faut que ça le reste. Cela fait partie de notre patrimoine en tant que français."

Prudhomme veut de la sérénité et du respect

Après les incidents de l'Alpe d'Huez, Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, a tenu à rappeler les principes de base pour le public en matière de sécurité: "Les coureurs du Tour, les champions du Tour, doivent naturellement être respectés, ce que fait l'immense majorité du public. Ne pas siffler et évidemment ne pas toucher les coureurs. Hier (jeudi), s'est concentré dans la deuxième partie un public parfois inconscient. Même si ce n'est pas un spectateur surexcité qui fait tomber Vincenzo Nibali, c'est un spectateur. Il faut retrouver de la sérénité assurément, respecter tous les coureurs, applaudir ceux que l'on a envie d'applaudir. Que le public du Tour soit le public du Tour de toujours... Pour aller chercher des débordements sur la route du Tour, il faut aller chercher loin : Eddy Merckx en 1975. (...) Je ne doute pas que l'on retrouvera le public bienveillant du Tour de France dans les jours qui viennent. Là, on était sur un pic qui, malheureusement, a laissé sur le carreau un champion admirable, Vincenzo Nibali, dont chacun loue l'état d'esprit à l'ancienne, un champion tout-terrain. Il va manquer !"

RT avec Jean-François Paturaud