RMC Sport

Tour de France : Pourquoi les Français sont aussi décevants ?

-

- - AFP

Toujours pas de victoire d’étapes pour les Français, seul Romain Bardet est en course pour le classement général, une édition bien terne pour les tricolores pour l’instant, et la concurrence pour une victoire d’étape va aller crescendo.

Ils suscitaient beaucoup d’espoirs au départ du Mont Saint-Michel, Coquard, Pinot, Bardet, les fiers représentants d’une nouvelle génération flamboyante. Seulement au terme des deux premières semaines, les couleurs françaises se sont estompées, aucune victoire dans la musette, le bilan est famélique, même si la traversée des Alpes pourrait tout changer.

« Les Alpes c’est un terrain qu’on affectionne, moi personnellement qui m’a toujours mieux réussi que les Pyrénées, assure Romain Bardet. Donc c’est vrai que c’est des routes qu’on connait mieux, devant nos supporters, ça va nous donner du baume au cœur pour bien terminer ce Tour de France. »

Dans toute l’histoire de la Grande Boucle les Français ne sont rentrés bredouilles qu’à deux reprises en 1926 et en 1999. Depuis l’abandon de Thibaut Pinot, Romain Bardet semble le mieux armé pour éviter le zéro pointé, surtout sur cette dernière semaine montagneuse. Mais l’expérimenté Thomas Voeckler prévient, les étapes seront de plus en plus disputées.

« Plus on se rapproche de la fin du Tour, plus les occasions se réduisent, explique Thomas Voeckler. On est très contents de notre Tour jusque-là, mais on a pas le truc qui nous ferait dire voilà le Tour est réussi, et beaucoup d’équipes sont dans cette situation-là. »

Après les Alpes il restera un dernier espoir aux Tricolores, car Bryan Coquard, deuxième l’an passé sur les Champs-Elysées, ne rêve que d’une chose, prendre sa revanche sur la plus belle avenue du monde. 

>> A lire aussi : Tour de France : Alaphilippe encore devant, Sagan d’un boyau, Vuillermoz aux JO… ce qu’il faut retenir de la 16e étape