RMC Sport

Tour de France : un chrono de tous les dangers

Jean-Christophe Péraud.

Jean-Christophe Péraud. - -

Quatre jours avant l’arrivée à Paris, le peloton s’élancera ce mercredi sur les routes des Hautes-Alpes pour le très exigeant contre-la-montre reliant Embrun à Chorges. Il y a deux mois, l’équipe AG2R-La Mondiale nous avait ouvert ses portes pour la reconnaissance du parcours.

Tous les favoris ont fait le déplacement dans les Hautes-Alpes. Que ce soit Froome, Contador ou Porte, les cadors du peloton se sont pressés sur les routes reliant Embrun à Chorges. Pas question d’attendre la 17e étape pour découvrir l’exigence du parcours dessiné par les organisations du Tour de France. Trente-deux kilomètres, deux grosses difficultés dont une pour commencer et longue de 6,5km. « Quand on l’a découvert, on a eu un petit sourire car le chrono correspond aux qualités de grimpeur et descendeur de Jean-Christophe Péraud », sourit Vincent Lavenu, manageur de la formation AG2R-La Mondiale.

A l’occasion de leur stage à Risoul en mai dernier, Péraud et ses coéquipiers ont effectué cinq tours sur le parcours. Dans sa voiture, Julien Jurdie avertit ses hommes dans les oreillettes. « Au niveau du petit replat, du bas jusqu’au sommet, ça fait 5,2km de pure montée. D’ici 1 kilomètre, on entame la descente technique, lance dans sa radio le directeur sportif. ‘’Tof’’ (ndlr : Christophe Riblon), on fait passer le message de rester concentrés dans cette descente technique. » Jurdie s’inquiète. Jean-Christophe Péraud descend pleine balle juste devant son directeur sportif. De quoi donner des sueurs.

Péraud : « Ça va être du pilotage »

L’ancien VTTétiste n’en fait pas une maladie. « Si je suis largué au général, ça ne sert à rien, prévenait-il à l’époque. S’il y a des secondes à aller chercher pour le classement général, je débrancherai le cerveau. Il faut être raisonnable et ne pas aller par terre, mais toutes les secondes seront bonnes à prendre. » Neuvième à 8’47 de Christopher Froome, Péraud envisage encore d’entrer dans le Top 5 de ce classement général. Et le parcours du jour correspond au vice-champion du monde 2008.

« J’ai été agréablement surpris, rigole Péraud. On m’a dit qu’il était difficile et il est finalement très, très difficile. C’est pour les purs grimpeurs avec une ascension en palier et des changements de rythme. Ça va être du pilotage pur et dur puis ensuite plus roulant vers l’arrivée. » Vincent Lavenu embraye : « Il faudra doser ses efforts. Un coureur qui n’est pas dans le coup au premier chrono intermédiaire perd souvent ses moyens. Il sera important de partir assez vite pour sortir dans la hiérarchie, tout en gardant la lucidité pour la descente. » Et ça, Péraud sait faire.

A lire aussi :

>> Tour de France : des Français si près mais encore si loin

>> Tour de France : Froome rapelle à l'ordre Contador

>> Froome-Contador : la guerre est déclarée

Pierrick Taisne