RMC Sport

VIDEO. Tour de France: on vous emmène en caméra embarquée sur la terrible 18e étape

Un journaliste de RMC Sport a fait ce dimanche L’Etape du Tour, réservée aux amateurs, entre Briançon et le col de l’Izoard (181 km). On vous emmène en caméra embarquée sur cette terrible 18e étape du Tour de France, qui risque d’être décisive ce jeudi dans la course au maillot jaune.

C’est sans doute jeudi qu’aura lieu la dernière grande explication. A l’occasion de la dernière étape alpestre, les coureurs du Tour de France vont se battre lors d’une 18e étape monstrueuse, conclue au sommet de l’Izoard avec des pentes au-dessus de 9%. Ce parcours du combattant long de 179km, notre reporter RMC Sport Benoît Boutron l’a effectué dimanche dans le cadre de "L’Etape du Tour". Avec une caméra embarquée. Il raconte.

"Des premiers kilomètres faciles..."

"Le début de journée fut hyper agréable, l'excitation était présente chez tous les participants. Les premiers kilomètres assez faciles, en faux plats descendants, permettent à plusieurs petits pelotons de se former. Je n'ai ressenti aucune douleur musculaire avant la première difficulté de la journée: la côte des Demoiselles coiffées (3,9km à 5,2% de déclivité), un bon moyen de se chauffer les jambes avant les 40 kilomètres de faux plat montant qui nous emmène au pied du col de Vars (montée de première catégorie à 7,5% de moyenne)." 

-
- © -

C’est à ce moment que les choses sérieuses commencent. "La fatigue apparaît avec la chaleur dans les premiers lacets, poursuit Benoît Boutron. Certains mettent déjà pied à terre, mauvais signe lorsqu'on sait ce qui nous attend. Le dernier kilomètre semble interminable mais j'arrive à atteindre le sommet sans difficulté majeure (1h06 d'ascension, tout de même). Après une descente assez technique, le compteur affiche 150 kilomètres et la peur nous gagne à Guillestre, dernier ravitaillement solide et point de départ du mythique col de l'Izoard."

"Un peu la Cour des Miracles"

"Après une première partie relativement abordable, la pente s'accentue et les douleurs classiques du cycliste (nuque, cuisses et mollets) se font sentir. A la sortie de la Chalp, dernier village situé à 15 kilomètres du sommet, le mental est mis à rude épreuve avec deux kilomètres à 9,5 et 8,5%. C'est un peu la Cour des Miracles. Certains marchent, d'autres s'allongent pour récupérer. Comme on pouvait s'y attendre, les 4 derniers kilomètres sont interminables ! Le compteur affiche à peine 7 km/h. Au final, 10h05 après le départ, délivrance avec le passage de la ligne d'arrivée !" Le vainqueur a mis 5h15.

Pour Bardet "le Tour se jouera à l'Izoard"

Jeudi, ce sont Chris Froome et Romain Bardet qui se livreront peut-être une bataille sans merci pour le maillot jaune. "Je pense que le Tour se décidera à l'Izoard, annonce d’ailleurs le coureur AG2R. Avec l'enchaînement de ces deux étapes alpestres et l'arrivée en altitude, on risque d'avoir des écarts. Pour moi, c'est l'étape-clé, concernant mes qualités." "Les deux sont très difficiles mais je pense que l’Izoard est la plus difficile parce que c’est une arrivée en montagne", abonde le triple vainqueur du Tour. Cette fois, ce sera à eux de jouer.

>> Toute l'actu du Tour

AB, MD