RMC Sport

Au Carrefour de la polémique

Polémique autour de la sécurisation du Carrefour de l'Arbre.

Polémique autour de la sécurisation du Carrefour de l'Arbre. - -

La sécurité renforcée autour du Carrefour de l’Arbre, secteur mythique de la Classique nordiste, provoque le mécontentement des nombreux spectateurs, qui craignent que la course n’y perde un peu de son âme.

Paris-Roubaix est-il toujours Paris-Roubaix ? L’une des plus célèbres classiques de la fin de l’hiver reprend ses droits dimanche (départ à 10h25). Sur fond de polémique. En cause, un flot d’interdictions, prises conjointement par l’organisation de la course et les autorités locales, qui entameraient sérieusement la saveur d’une épreuve créée en 1896. Plusieurs incidents avaient émaillé l’édition 2009. En plein cœur de la course, au fameux Carrefour de l’Arbre, moment incontournable de Paris-Roubaix avec son secteur pavé (2,1 km) à 15km de l’arrivée. Une cannette lancée par un spectateur flamand sur le coureur italien Filippo Pozzato, plusieurs dizaines de supporters ivres et incontrôlables, des déchets à la pelle, de nombreuses dégradations sur place : les maires des communes de Gruson et Camphin-en-Pévèle en ont perdu leur patience. La pression a été mise sur ASO (l’organisateur) pour contrôler une fête qui n’en était plus vraiment une. « La préfecture a pris les choses en main, reconnaît Jean-François Pescheux, directeur sportif de l’épreuve. Il a fallu prendre des décisions. C’est un système lourd avec une surveillance accrue. »

Fini les ventes ambulantes d’alcool le long du parcours et les campings en attendant la course ; le maître-mot est désormais « sécurité ». Cent cinquante gendarmes seront mobilisés pour calmer les foules. « Il fallait en passer par là. D’une partie festive, on est passé à un point de passage dangereux », tranche Pescheux. N’empêche, côté public, on s’inquiète : « l’enfer du Nord » pourrait bientôt ressembler à un purgatoire aseptisé. Et ça, les fondus de cyclisme ne le souhaitent absolument pas…