RMC Sport

Bardet : « Ce sont des courses qui me plaisent »

Romain Bardet (AG2R La Mondiale)

Romain Bardet (AG2R La Mondiale) - -

A 23 ans, Romain Bardet est l’une des meilleures chances tricolore au départ de l’Amstel Gold Race, première classique ardennaise ce dimanche. Le coureur d’AG2R-La Mondiale a les qualités pour briller sur ce type de course.

Romain Bardet, on vous a découvert l'été dernier sur les routes du Tour de France, où vous avez terminé 15e. Cette place fait qu'aujourd'hui, les gens comptent sur vous...

Oui, le Tour de France est une formidable vitrine médiatique, mais ce n’est qu’une petite partie de la saison puisqu’elle débute dès le mois de janvier et finit en octobre. C’est toujours bien de se mettre en évidence au mois de juillet quand on est Français sur le tour.

Vous êtes considéré comme un coureur de courses à étapes et pourtant, vous serez au départ des classiques ardennaises. Vous avez fait de ces courses une priorité...

Oui, c’est une semaine très importante avec la Flèche wallonne et Liège-Bastogne-Liège mercredi et dimanche prochain. On retrouve les protagonistes des grands tours qui viennent clôturer leur première partie de saison sur ces courses-là. Parce qu’on retrouve beaucoup de dénivelés positifs et de côtes. Ce sont des courses très prestigieuses et ce sont presque des passages obligés avant le tour de France en juillet.

Existe-t-il de grandes différences entre les classiques flandriennes et ardennaises ?

Oui, il faut savoir qu’il y a peu de coureurs qui doublent. Certains font l’Amstel Gold Race, qui a lieu ce dimanche, avec des coureurs qui ont fait les Flandriennes avant parce que ce sont des côtes assez courtes. Mais dès la Flèche wallonne et son terrible mur de Huy, et Liège-Bastogne-Liège, on retrouve des styles d’effort qui vont dépasser les dix ou quinze minutes dans l’ascension. Donc c’est vraiment pour les coureurs de grands tours et des grimpeurs.

On a l'impression qu'en France, on est moins intéressé par les classiques ardennaises. Comment expliquez-vous ça ?

Je le regrette un petit peu parce que ce sont des courses, dans leur registre, aussi difficiles. Mais elles sont moins exposées médiatiquement que celles qui précèdent dans la saison. Mais c’est dommage parce que sur Liège-Bastogne-Liège, il y aura aussi du spectacle. Le fait qu’elles arrivent après dans la saison, contribue à leur relative discrétion dans les médias.

Il faudrait qu'un Français remporte une classique ardennaise. Pensez-vous être capable de le faire ?

Je vais continuer de progresser. C’est ma troisième participation à ces courses-là, je commence à prendre de l’expérience. Ce sont des courses qui me plaisent. C’est une semaine importante pour moi.

A lire aussi :

>> Tour des Flandres : et de trois pour Cancellara !

>> AG2R-La Mondiale, tube de printemps

>> Guimard : « Terpstra ne sort pas de nulle part »

La rédaction