RMC Sport

Boonen : « C’est de l’amour »

Double tenant du titre, le Belge adore l’Enfer du Nord. Il sera l’un des grands favoris de cette édition aux côtés du Suisse Fabian Cancellara.

Tom Boonen, la pression est-elle sur vos épaules ou sur celles de Fabian Cancellara à quelques heures du départ ?
Sur nous deux ! D’un côté, il doit réaliser le doublé (il a gagné le Tour des Flandres la semaine passée, ndlr), mais de l’autre, j’ai une quatrième victoire à aller chercher ici. Il aura une équipe très forte à ses côtés. La pression est donc plus sur ses épaules, ainsi que sur celles de ses équipiers. Nous devrons être intelligents pour contrôler la course et garder la main. Il ne faudra pas être stupide. Aussi bien eux que nous ne sommes pas des équipes qui attendent. Nous voulons avoir des coureurs forts dans le final. Dans les cents derniers kilomètres, avec sept ou huit favoris, il sera assez difficile de dire qui est le plus fort.

La déception de la semaine dernière, cette deuxième place au Tour des Flandres, est-elle digérée ?
Oui, je n’ai pas de sentiment de revanche. J’ai essayé de rester avec lui (Cancellara), parce que je ne pensais pas que ce serait judicieux de se lancer dans un one-man-show avec un tel coureur. Mais aujourd’hui, je me sens bien. La forme est au rendez-vous. Les reconnaissances se sont bien passées. J’espère que ça ira aussi bien ce dimanche.

Vous avez déclaré ne pas avoir peur de Fabian Cancellara, tout en vous attendant à une « guerre blanche » (ndlr, le maillot de Saxo Bank est blanc). Pourquoi ?
Parce que c’est Paris – Roubaix. J’ai déjà gagné la course à trois reprises. C’est un autre terrain que le Tour des Flandres, sans les monts. Habituellement, je me sens mieux sur le Ronde, mais les dernières années, je suis toujours plus fort ici. La première fois, c’était fort. Maintenant, c’est de l’amour…