RMC Sport

Devolder, poil à gratter de Boonen

Les deux Belges vont devoir une fois de plus cohabiter

Les deux Belges vont devoir une fois de plus cohabiter - -

Le Belge sera très attendu ce dimanche dans la classique flamande. Il devra faire face aux Gilbert, Flecha et Cancellara. Mais aussi à ses propres coéquipiers, dont le dangereux Stijn Devolder, double tenant du titre.

Il est l’homme à abattre. Celui sur qui tous les regards seront tournés. Ceux de ses adversaires, mais également ceux de ses coéquipiers. Double vainqueur (2005 et 2006) du Tour des Flandres, Tom Boonen rêve de réaliser la passe de trois. Mais pour espérer rejoindre les Achiel Buysse (1940, 1941, 1943), Fiorenzo Magni (1949, 1950, 1951), Eric Leman (1970, 1972, 1973) et Johan Museeuw (1993, 1995, 1998), tous triples vainqueurs, le coureur Quick Step devra non seulement dompter ses adversaires (Philippe Gilbert, Juan Antonio Flecha et Fabian Cancellara pour ne citer qu’eux), mais également un danger nommé Stijn Devolder.

Comme son compatriote, ce dernier compte deux « Ronde » à son palmarès. Et pas n’importe lesquelles, puisque le Belge s’est imposé lors des deux dernières éditions, alors même que Tom Boonen se présentait comme le favori désigné de son équipe. « Devolder n’est pas un homme loyal. L’an dernier, il a volé le Ronde à Boonen, lâchait un Cancellara sans pitié dans les colonnes du quotidien Laaste Nieuws cette semaine. Boonen ne se laissera plus couillonner. » Des propos que n’a pas souhaité commenter un Boonen très discret sur le sujet et qui se refuse à entrer dans la polémique.

Du côté de la direction de l’équipe, on met également Devolder en alerte. Manager des deux hommes, Patrick Lefévère ne goûte que modérément les mauvais récents résultats de son coureur et en aurait avisé le principal intéressé. « Je travaille depuis plusieurs jours pour être à 100% dimanche. A mon avis, trois hommes peuvent monter sur le podium à Harelbeke. Je pense à Cancellara, Boonen and Flecha », explique de son côté Devolder. Et d’ajouter non sans malice : « D’autres hommes peuvent sortir du lot. Tom et moi avons nos chances pour gagner une troisième fois. Mais je n’y pense pas. Je veux juste réaliser une belle course. » Un air de déjà-vu.