RMC Sport

Et pendant ce temps-là, Froome soigne ses bobos

Christopher Froome

Christopher Froome - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Absent du Paris-Nice, forfait pour le Tirreno Adriatico, Christopher Froome a différé son retour à la fin mars. Pas d’inquiétude chez le Britannique, qui aborde avec envie et sérénité les échéances à venir… et le prochain Tour de France.

Cherchez-le bien. Vous pouvez d’ailleurs le chercher longtemps. Christopher Froome ne figure pas dans la liste de l’équipe Sky sur Paris-Nice. Le Britannique (28 ans) n’est pas, non plus, auprès de sa team pour soutenir ses partenaires et Geraint Thomas, nouveau porteur du maillot jaune de l’épreuve. Le vainqueur sortant du dernier Tour de France soigne son dos, qui ne le laisse plus tranquille depuis la fin du Tour d’Oman, qu’il a remporté et qui l’a obligé à renoncer à Tirreno Adriatico. Un des rendez-vous en gras de sa préparation pré-Tour.

Pas de panique : tel est le mode d’ordre chez Sky. Même si… « C'est un peu gênant pour tout le monde, concède le directeur sportif de l’équipe british, Nicolas Portal. J'espère que ça ne va pas trop durer et qu'après, tout va rentrer dans l'ordre. Quand dans une équipe, on a un coureur qui est là pour gagner un Tour de France, on est toujours un peu soucieux. » « Ce n'est pas inquiétant, martèle de son côté le manager Dave Brailsford. On souhaite vraiment qu'il ait le temps de gérer sa petite blessure. »

Le Tour de Catalogne comme révélateur

On l’aura compris, hors de question de précipiter le retour de Froome, prévu pour le Tour de Catalogne (du 24 au 30 mars), lui qui doit enchainer après avec le Tour de Romandie, le Critérium du Dauphiné et… le Tour de France. D’autant que l’intéressé est « relax » et a déjà une « très bonne forme au Tour d’Oman », rappelle Portal. Froome avait adjoint à sa victoire finale un succès d’étape et démontré que tous les voyants, pour lui, étaient au vert. Sans parler d’un leadership totalement assumé aujourd’hui. « C’est vrai que l’an dernier, il devait vraiment apprendre à être un leader et apprendre à le faire sur toutes les courses. Tout le monde l’attendait pour gagner, il l’a fait. Il n'y a plus ce stress, plus cette pression. Il est plus serein. Il sait qu’il l’a fait, il peut le refaire. »

Contrairement à Bradley Wiggins, Froome ne s’est pas dispersé après son succès sur le Tour. « Il a bien digéré sa victoire » insiste Brailsford. Et comme Wiggins a d’ores et déjà mis le curseur sur son retour sur piste en vue des JO de Rio 2016, Froome sait, de l’aveu-même de l’intéressé, qu’il pourra compter sur lui pour l’épauler. Une aide utile à l’heure de soigner les bobos et d’aiguiser un appétit de Grande Boucle encore intact. « Il a faim pour gagner plusieurs Tours. Un seul, ça ne lui suffit pas », assure Brailsford. A démontrer dès le Tour de Catalogne, face à Contador ou encore Quintana. Si son dos le veut bien.

A lire aussi :

>> Le sourire pour Thomas, la grimace pour Chavanel

>> Chavanel, les moyens de ses ambitions

>> Toute l'actu du cyclisme

A.D avec G.Q