RMC Sport

Freire prolonge la série

-

- - -

Milan-San Remo est resté samedi la priorité des sprinteurs grâce à l’Espagnol Oscar Freire, qui signe sa troisième victoire sur le « Primavera » après 2004 et 2007.

Dire qu’Oscar Freire affectionne tout particulièrement Milan - San Remo est un doux euphémisme. En neuf participations, l’Espagnol ne s’est jamais classé au-delà de la huitième place (2008). Mais l’homme de Rabobank ne se contente pas d’empiler les places d’honneur dans les dix premiers. Il gagne aussi. Son sprint victorieux sur le Lungomare Italo Calvino témoigne de la redoutable efficacité du triple champion du monde (1999, 2001 et 2004) et triple vainqueur de l’épreuve (2004, 2007 et 2010).

Une fois de plus donc, les sprinteurs ont maitrisé la partition de cette classique, longue de près de 300 km. « Il faut des courses pour tout le monde. Les sprinteurs ont aussi droit de gagner des grandes courses », sourit Cyrille Guimard. Le fait est que sur les dix dernières éditions de la Primavera, sept ont été enlevées par des finisseurs. Seuls Paolo Bettini (2003), Filippo Pozzato (2006) et Fabian Cancellara (2008) sont venus briser l’évidence.

Offredo a tout tenté

Conscients du danger, les Michael Rogers, Philippe Gilbert ou Filippo Pozzato ont bien tenté de filer en solitaire dans les derniers kilomètres. Trop tard… « Il faut sortir à un moment de rupture et prendre 150 mètres dans la montée du Poggio, continue Guimard. Ensuite, il faut être un bon descendeur pour espérer faire la pige aux sprinteurs. » Sauf qu’aucun des favoris n’a pointé le bout de son nez dans les montées de la Cipressa - qui a néanmoins vu la faillite du tenant Mark Cavendish - et du Poggio.

Le seul à s’illustrer est le jeune Français de 23 ans, Yohan Offredo (Française des Jeux), parti dans la descente de la Cipressa, à 16 km de l’arrivée, et seul aux avant-postes pour débuter l’ascension du Poggio. Un raid solitaire qui ne dure que 8 km mais place ce talentueux coureur sur le devant de la scène. Le reste ? Rien que de l’habituel. Un groupe de favoris qui déboule dans San Remo. Un Boonen deuxième, et qui peut s’en vouloir après sa troisième place de 2007. Un Freire qui s’impose, rejoignant ainsi Roger De Vlaeminck au nombre de victoires. Et des puncheurs qui passent encore leur tour.

P.Ta.