RMC Sport

Le boss, c’est Goss

Goss

Goss - -

Après une course marquée par la défaillance des sprinteurs favoris, l’Australien Matthew Goss est devenu le premier coureur non-européen à remporter Milan-San Remo

On l’espérait, et le combat a bien eu lieu. Pour la première classique de la saison, sprinteurs et puncheurs se sont disputés âprement la victoire sur la côte ligurienne. Alors qu’une arrivée au sprint semblait comme souvent inévitable, le Poggio a joué son rôle de juge de paix. Si le Belge Van Avermaet est passé seul au sommet de la célèbre côte, c’est bien derrière lui que l’écrémage entre favoris s’est fait. Et dans cette bataille entre « gros bras », c’est le Français Yoann Offredo qui a dynamité la course et confirmé son amour pour les routes de la « Primavera ». Le coureur de la FDJ a réussi à se glisser dans un groupe de huit coureurs, parmi lesquels les puncheurs Cancellara, Gilbert ou encore Pozzato.

Offredo a même pris sa chance à 2,5km de l’arrivée en plaçant une attaque. Le Belge Philippe Gilbert a lui aussi tenté d’échapper au sprint groupé entre les échappés, en vain. Et en toute logique c’est Matthew Goss (HTC-Highroad), le seul sprinteur présent parmi les hommes de tête, qui s’est adjugé la victoire devant Cancellara et Gilbert. Un paradoxe pour cette édition de Milan-San Remo, marquée par la déroute des finisseurs, dont celle d’Oscar Freire, triple vainqueur mais rapidement distancé.

Malgré ses nombreux efforts, Yoann Offredo n’a pu faire mieux que septième. Après sa très belle course de l’année dernière (16e), le Français a prouvé qu’il avait les aptitudes pour briller sur les courses d’un jour. Goss entre de son côté dans le club très fermé des sprinteurs vainqueurs à San Remo. Le premier non issu du Vieux Continent. 

Alexandre Alain