RMC Sport

Le nouvel Evans est arrivé

Entouré de Joaquin Rodriguez, deuxième, et Alberto Contador, troisième, l'Australien retrouve la première place d'un podium depuis le championnat du monde de Mendrisio.

Entouré de Joaquin Rodriguez, deuxième, et Alberto Contador, troisième, l'Australien retrouve la première place d'un podium depuis le championnat du monde de Mendrisio. - -

Champion du monde, Cadel Evans s’est enfin imposé sur une classique. L’Australien semble avoir rangé ses complexes au placard .

Alberto Contador ne s’attendait certainement pas à voir son maillot de champion du monde débouler sur sa droite. En tout cas pas dans l’ascension finale du Mur de Huy. Auteur d’une belle accélération dans le dernier kilomètre de cette Flèche Wallonne, le double vainqueur du Tour de France (2007 et 2009) réagit parfaitement à l’attaque d’Igor Anton (Euskaltel-Euskadi). Mieux, Contador déborde son compatriote et semble filer vers la victoire… jusqu’à ce que Cadel Evans se décide à montrer son maillot arc-en-ciel.

Discret toute la journée, l’Australien choisit le meilleur moment pour sortir de sa torpeur. Comme si l’âge (33 ans) et son maillot de champion du monde l’avait transfiguré. « S’imposer sur la Flèche Wallonne, c’est déjà grand, mais le faire avec le maillot de champion du monde sur les épaules, c’est encore mieux, c’est fantastique, lâchait l’heureux vainqueur à la fin de la course. Je me sentais fort et capable de gagner. » Premier Australien vainqueur de la Flèche Wallonne, il est également le premier champion du monde à s’imposer sur cette course depuis 1985 et un succès du Belge Claude Criquielion.

Victorieux sur des courses à étapes (Tour de Romandie, Tour de Pologne, Tour du Pays basque), souvent placés, notamment sur le Tour de France avec deux deuxièmes places (2007 et 2008), Cadel Evans semble avoir appris de ses erreurs passées. Sans se précipiter, il attend les cent derniers mètres pour son attaque gagnante. « J’ai à peu près connu toutes les places dans les dix premiers (ndlr : 5e en 2009, 2e en 2008, 9e en 2005), continue l’Australien. Cette fois, j’ai abordé la course de manière différente. » Et la stratégie a du bon.

Attendus pour leur première confrontation depuis le Tour de France, Alberto Contador et Andy Schleck n’ont finalement disputé qu’un match à distance et pesé sur la course en toute fin de parcours. « J’ai fait une bonne ascension du mur. Je suis satisfait même si j'aurais bien sûr préféré l'emporter. Mais je suis meilleur dans les côtes plus longues qui correspondent mieux à mes qualités » a néanmoins tenu à tempérer l’Espagnol, déjà tourné vers Liège-Bastogne-Liège. Car avec Rodriguez (2e), Cunego (5e), Gilbert (6e), Valverde (8e) et Schleck (9e), tous les favoris ont répondu présent. Une raison de plus pour saluer la performance de Cadel Evans. 

P.Ta.