RMC Sport

Paris-Nice : Betancur voit la vie en jaune

Carlos Betancur

Carlos Betancur - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Déjà vainqueur jeudi, Carlos Betancur a récidivé ce vendredi, en s’adjugeant le gain de la 6e étape. Un doublé sur le Paris-Nice qui permet au Colombien, à deux étapes de la fin, de ravir le maillot jaune à Geraint Thomas.

Il y a tellement pris goût qu’il a eu envie d’y replonger. Juste pour voir. Et savoir si ce serait mieux que la première fois. Vainqueur la veille à Rive-de-Gier, Carlos Betancur a remporté une deuxième étape consécutive du Paris-Nice, la 6e, qui reliait ce vendredi Saint-Saturnin-lès-Avignon à Fayence (221,5 km). Le coureur d’AG2R La Mondiale a fait fort. Il a littéralement déposé le champion du monde, le Portugais Rui Costa, à l’arrivée de l’étape, à l’issue d’une montée finale avec une pente moyenne à 10 %.

Mieux, il s’est paré de jaune aux dépens de Geraint Thomas. Le Britannique avait déjà vu Betancur revenir fort derrière lui jeudi, avec seulement cinq secondes d’avance. Ce laps de temps n’a pas survécu à la course du jour ni à la 4e place du coureur de la Sky, qui accuse désormais 8 secondes de rebours sur Betancur. Nul doute que l’étape de samedi, entre Mougins et Biot Sophia Antipolis, et ses cinq côtes, accouchera d’un nouveau mano a mano entre les deux hommes. A moins que Rui Costa, à 18 secondes de Betancur, ne vienne s’en mêler… Détenteur du maillot à pois jeudi, Sylvain Chavanel, hors course pour une belle place au classement général, a conservé sa tunique.

A lire aussi :

>> Betancur menace Thomas

>> Et pendant ce temps-là, Froome soigne ses bobos

>> Le sourire pour Thomas, la grimace pour Chavanel

Le titre de l'encadré ici

|||

Un Paris-Nice pas trop pollué
Depuis une semaine, les fortes températures ont entraîné une hausse importante de la pollution sur tout le territoire français. Et depuis une semaine, le peloton de Paris-Nice est sur les routes de France. Si le tracé évite les grandes agglomérations, les coureurs semblent ne pas trop avoir été perturbés par la pollution. « Je crois qu'on est encore à peu près dans des régions où ça se passe correctement », affirme Jérôme Pineau (AG2R La Mondiale. « J’ai vu pire quand nous étions au Tour de Pékin » affirme le médecin de la FDJ.fr, Gérard Guillaume. C’est surtout la suite qui inquiète Jérôme Pineau. « Ce qui va poser problème, c'est quand il va falloir aller s'entraîner la semaine prochaine, assure le Nantais. Que faire ? Quoi faire ? Moi j'habite dans une ville de 600 000 habitants. L'air n'y est pas très bon à respirer ! »

La rédaction