RMC Sport

Wiggins à l’épreuve de l’Allevard

Bradley Wiggins, leader provisoire du Critérium du Dauphiné

Bradley Wiggins, leader provisoire du Critérium du Dauphiné - -

Le Critérium de Dauphiné arrive dans la haute-montage samedi, aux termes d’une étape de 192,5 km qui emmènera le peloton au sommet du Collet d’Allevard. Une difficulté hors-catégorie qui impressionne les coureurs, et qui mettra le Britannique, maillot jaune et bleu, au défi.

A l’image des RadioShack de Janez Brajkovic, les équipes du peloton de ce 63e Critérium du Dauphiné ne sont pas nombreuses à avoir reconnu le Collet d’Allevard. Cette ultime difficulté de samedi, classée hors-catégorie, sera l’épilogue terrible pour les organismes qui auront dû auparavant avaler Saint-Jean-de-Sixt, les Aravis, le Tamié, et le Grand Cucheron. Soit 150 km de dénivelés destructeurs, avant l’explication finale de cette 6e et avant-dernière étape du « Dauph ». « Il ne faudra pas avoir de défaillance, parce que sinon ça pourra se compter en minutes », craint Jérôme Coppel. « Samedi, ce sera trop raide pour moi, ça va être encore plus dur que l’Alpe-D’Huez », admet David Moncoutié (Cofidis).
Avec le Glandon et la Toussuire le lendemain en digestif, le week-end pourrait réserver des surprises, et à ce petit jeu, les pronostics donnent un avantage à Bradley Wiggins. Le coureur Sky comptent plus d’une minute sur Cadel Evans et 1’21 sur Brajkovic, et ses progrès en montagne pourraient faire merveille samedi et dimanche. « Il faudra marcher fort, pour déloger Wiggins, prévient Gallopin. Il ne faut pas oublier qu’il a fait 4e il y a deux ans sur le Tour. » Même son de cloche de la part de John Lelangue, patron des BMC d’Evans. « Il a prouvé qu’il passait bien la haute montagne. » Christophe Riblon (Ag2r), et premier Français au général (7e) met aussi une pièce sur le Britannique. « Il est très bien, je l’ai vu au tour de Bavière, on ne va pas le décrocher comme ça. »

Louis Chenaille (avec G.Q.)